USA: controverse autour d’une condamnation à mort d’un Afro-Américain par un jury jugé raciste

USA: controverse autour d’une condamnation à mort d’un Afro-Américain par un jury jugé raciste

Condamné à mort par un jury comprenant un homme convaincu que les Noirs sont dépourvus d’âme, Keith Tharpe, un Afro-Américain reconnu coupable d’un meurtre en 1990, doit être exécuté mardi dans l’État américain de Géorgie.

Les avocats du prisonnier ont lancé d’ultimes recours judiciaires, jusqu’à la Cour suprême à Washington, pour obtenir la suspension de l’exécution sur le fondement que le racisme aurait joué un « rôle crucial » dans la sentence. Les défenseurs du condamné soutiennent également que M. Tharpe devrait être épargné en raison de ses problèmes de santé mentale. S’ils ne sont pas entendus, leur client âgé de 59 ans recevra une injection létale à 19H00 (1h du matin heure belge).

Le juré avait renié ses propos à la demande des procureurs

En mai 1998, des avocats d’une ONG offrant une assistance juridique gratuite aux détenus s’étaient entretenus avec les jurés qui avaient décidé la sentence. L’un d’entre eux, un homme blanc nommé Barney Gattie, leur avait livré ce commentaire : « Selon mon expérience, j’ai observé qu’il existait deux sortes de Noirs : les bons vieux Noirs et les nègres ». « Après avoir étudié la Bible, j’en suis venu à me demander si les Noirs avaient une âme », avait ajouté le juré aujourd’hui décédé.

M. Gattie avait validé, à plusieurs semaines d’intervalle, la teneur de son discours, affirmant seulement n’avoir pas employé le terme « nègre » comme une injure, malgré sa connotation extrêmement raciste. Il avait signé un procès-verbal écrit reproduisant ses déclarations. Conscients du dommage potentiel pour leur action, les procureurs avaient ensuite persuadé Barney Gattie de renier ses propos, dans un autre procès-verbal, en affirmant que le juré était saoul quand il s’était exprimé la première fois.

Reste que les avocats du condamné espèrent un coup de théâtre de dernière minute en sa faveur.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous