Accueil Monde Amériques

Une victoire des défenseurs de l’Amazonie face au pouvoir

Le président Temer voulait autoriser l’exploitation de zones de forêt amazonienne protégées. Il a finalement révoqué son décret l’autorisant. Mais d’autres périls menacent ce poumon vert de la planète.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 4 min

Cest une victoire de la société contre ceux qui veulent détruire et vendre notre forêt  », a réagi Marcio Astrini, de Greenpeace Brésil, lorsqu’il a appris que le président Michel Temer avait révoqué le décret visant à abolir la Réserve nationale de cuivre et associés (Renca). C’est la dictature brésilienne qui avait créé cette Réserve en 1984 pour protéger 47.000 km2 de forêt amazonienne, dans les Etats du Para et de l’Amapa.

Il y a un mois, on avait en effet appris que Temer avait décidé, pour sortir l’économie brésilienne de la récession, créer de l’emploi, et stimuler les exportations, de dynamiser l’activité minière dans cette réserve riche en gisements d’or, de fer, de cuivre et de manganèse. Plus d’une vingtaine d’entreprises brésiliennes et internationales avaient exprimé leur vif intérêt.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Amériques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs