Accueil Société

Sur les assises, il faut «un véritable débat, voire un référendum»

Le procès devant les assises de Liège de Rita Henkinet, poursuivie pour l’assassinat de ses deux enfants lourdement handicapés, vient d’être fixé au 22 février. Le même jour sera examiné, devant la cour d’assises du Hainaut, le dossier de Bernard Wesphael. Et si la cour d’assises, dont les jours semblent comptés, avait disparu avant ces procès ?

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

D’un côté, le ténor carolo Jean-Philippe Mayence, un des avocats les plus réputés du pays, qui ne peut pas estimer le nombre de procès d’assises qu’il a à son actif – il ne les a jamais comptés. Il y a eu les amants diaboliques, il y a eu Cools, l’affaire Habran, Léopold Storme, des dizaines d’autres, et maintenant Bernard Wesphael.

De l’autre, le hutois Alexandre Wilmotte, 15 ans de moins et une trentaine de cours d’assises à son actif – le dossier Habran, celui de la « veuve joyeuse » Rita Bigattini, celui de Rita Henkinet prochainement.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs