Accueil Société

Lebeau-Courally, une success story belge bien calibrée

La manufacture d’armes de prestige a été sauvée en 2010 par l’homme d’affaires Joris Ide qui a diversifié ses activités dans l’horlogerie et la maroquinerie de luxe.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 3 min

Calibres, bascules, barillets, boîtiers, marteaux, poinçons, poli miroir… Il n’y a pas loin des armes aux montres, et pas seulement au niveau du vocabulaire. Patience et précision sont aussi la clé de ces métiers qui s’adressent essentiellement à des passionnés. Dans la minutieuse mécanique horlogère, le mouvement est d’ailleurs « armé » par un ressort, c’est-à-dire tendu manuellement par la tige de remontoir ou par le biais d’un rotor pour les montres automatiques.

En jetant des ponts entre la Belgique, la France et la Suisse, l’entreprise belge Lebeau-Courally se revendique des deux univers. Historiquement, elle était l’une des 200 fabriques d’armes de Liège au début du siècle dernier. Depuis sa reprise en 2010, elle a également conquis le marché horloger avec des garde-temps entièrement manufacturés en Suisse, reconnaissables entre tous avec un levier en forme de clé de fusil sur le côté gauche du boîtier.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs