Accueil Société Régions Liège

Liège. Uriner en rue: un fléau auquel la Ville a décidé de s’attaquer concrètement

La Ville planche actuellement sur un plan d’hygiène publique. Soit sur des moyens afin d’améliorer l’hygiène en rue. Le collège liégeois a mandaté un groupe de travail.

Temps de lecture: 3 min

La Ville étudie les moyens qui permettront d’améliorer l’hygiène en rue. Voici quelques-uns des points envisagés.

1 La gratuité des sanisettes, temporairement au moins. Il y a 10 ans, la Ville de Liège avait fait l’acquisition de sept sanisettes Decaux pour un coût de 800.000 euros. Pour faire diminuer les pipis en rue, leur accès devrait devenir gratuit prochainement (au lieu d’un prix de 0,20 euro pour le moment). Mais les horaires ne seront pas élargis. Il faut savoir qu’actuellement ces sanisettes sont inaccessibles à partir de 22h. « On préfère les laisser ouvertes quand la ville est en activité, pour éviter les dégradations ou les usages abusifs », nous dit-on à la Ville.

Mais l’avenir de ces commodités n’est pas garanti. En effet, le contrat d’entretien de ces sanisettes arrivera à terme dans un an et la Ville ne le reconduira pas avec la société Decaux. Il pourrait être confié à une autre entreprise. Mais les sanisettes pourraient aussi être tout simplement supprimées. Décision dans les prochains mois.

2 L’installation de toilettes publiques surveillées. La Ville envisage de louer ou acheter des bâtiments afin d’y installer des toilettes publiques. Il est prévu d’en installer à deux emplacements : une dans le Carré et une autre dans le cœur historique. Elles seraient entretenues par des préposés et la police interviendrait régulièrement afin de les surveiller.

3 La fermeture de ruelles trop souvent souillées. Il a été décidé de fermer deux ruelles à Liège au moyen de grilles : la ruelle de la Pompe - une petite venelle entre la rue Sur-la-Fontaine et le boulevard de la Sauvenière- et la rue du Carré. Celles-ci étaient trop souvent la cible d’incivilités et la Ville a décidé de réagir. L’accès à la première est déjà bloqué, tandis que celui à la seconde l’a été mais, suite à quelques problèmes, elle est temporairement réouverte. Les riverains y ont toujours accès à l’aide d’une clé.

4 De la peinture répulsive, des uritrottoirs… Il existe de nombreuses autres alternatives étudiées. La possibilité de mettre en place une peinture répulsive sur certains murs a été évoquée, mais semble trop chère et plusieurs personnes émettent des doutes sur son efficacité face à une personne sous l’emprise d’alcool. Des uritrottoirs ont été mis en place récemment à Nantes : des toilettes sèches et cachées sous un bac à fleurs. Si c’est un succès, on pourrait peut-être en retrouver à Liège dans le futur. Il est également prévu de discuter avec les tenanciers des établissements du Carré pour que ceux-ci laissent l’accès à leurs WC à tout le monde. Quant aux urinoirs - différents des sanisettes de Decaux - déjà présents dans certains endroits de la ville comme entre la place Cathédrale et la place St-Paul, il n’a pas encore été décidé ce qu’il allait en advenir.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Eric Lavenne, samedi 30 septembre 2017, 18:22

    Défense d'uriner sous peine de "confiscation" de l'ustensile utilisé.!!

  • Posté par Roland MARTIN, jeudi 28 septembre 2017, 15:39

    Il doit y avoir moyen d'installer des toilettes publiques gratuites un peu partout. Par contre, changer la mentalité des porcs, ce sera une autre histoire ...

  • Posté par Bernard Nyssen, mercredi 27 septembre 2017, 19:15

    La loi belge stipulant que nul ne peut refuser l'accès aux lieux d'aisance devrait suffire à régler ce problème. Malheureusement rares sont les commerces qui laissent le public accéder aux toilettes de leur établissement.

Aussi en Liège

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo