Un salon sur l’immobilier résidentiel ouvert à tous

En 2016, le salon du Soir Immo avait attiré la grande foule au Cercle de Lorraine. L’endroit idéal pour grappiller un maximum d’informations sur les achats immobiliers. © Mathieu Golinvaux.
En 2016, le salon du Soir Immo avait attiré la grande foule au Cercle de Lorraine. L’endroit idéal pour grappiller un maximum d’informations sur les achats immobiliers. © Mathieu Golinvaux. - mathieu golinvaux.

Après le vif succès rencontré l’an dernier, Le Soir et son supplément immobilier ont décidé de renouveler l’expérience d’un salon consacré à l’immobilier.

Les 13 et 14 octobre, il vous sera ainsi possible de vous rendre au Cercle de Lorraine, à Bruxelles, pour y découvrir des projets immobiliers susceptibles d’intéresser les acheteurs ou les investisseurs. Qu’on se le dise : les vendeurs seront également les bienvenus car ils y trouveront une foule de professionnels qui pourront les aider.

Bien que les plus gros promoteurs et agences seront présents en face du palais de Justice, le salon s’adresse essentiellement à tout un chacun qui souhaiterait investir dans la brique plutôt que de laisser dormir son argent sur un compte d’épargne dont on sait qu’il ne rapporte plus rien.

Aujourd’hui, plus de 250 milliards d’euros dorment encore dans les banques. C’est beaucoup. L’immobilier belge constitue, on le sait, une valeur encore et toujours sûre. C’est d’ailleurs l’un des rares domaines qui a résisté à la crise financière de 2008-2009, ce qui n’a pas été le cas dans les pays voisins, Pays-Bas et France notamment.

Les taux pratiqués pour le remboursement de crédits hypothécaires étant particulièrement bas, le moment est idéal pour acheter un appartement à la mer, une maison à la campagne ou un studio en plein centre de Bruxelles.

Il est d’autant plus idéal que ces mêmes taux, après des années plancher, ne vont pas continuer à rester aussi bas. Les analystes s’accordent tous sur ce point : ils vont augmenter, même si la progression annoncée est légère. Reste à savoir quand…

Entièrement dédié à l’immobilier résidentiel, le salon du Soir-Immo a ainsi pour vocation de rassembler au même endroit une belle brochette d’acteurs incontournables qui ont une brique à offrir. Un peu comme quand il se rend dans une foire consacrée à un secteur en particulier, le visiteur pourra venir faire son marché en passant d’un stand à l’autre et en profitant des conseils des exposants déjà présents l’an dernier, et de ceux qui ont accepté de nous rejoindre cette année-ci.

Ce genre de salon est unique en Belgique. Il concerne des projets bruxellois mais aussi nationaux puisque certains promoteurs viendront exposer ce qu’ils sont en train de construire, ou ont déjà construit, dans d’autres villes de Belgique.

Même si le pays connaît depuis le début de l’année une baisse en matière de délivrance de permis (8.773 permis délivrés entre janvier et mai, soit une baisse de 27,6 % par rapport aux cinq premiers mois de 2016), et de mises de logements sur le marché (-30,7 %), il reste beaucoup d’unités à vendre dans la capitale et partout ailleurs dans le pays.

En termes de prix, par contre, ils continuent d’augmenter puisque les maisons d’habitation ordinaires ont coûté 4 % plus cher qu’en 2016. Les villas ont elles aussi vu leur prix augmenter de 2,2 % tandis que le prix des appartements a connu une légère inflation (0,4 %). Une bonne nouvelle pour les vendeurs, un peu moins pour les acheteurs…

Comme l’an dernier, nous organiserons différentes conférences dont les thèmes sont susceptibles d’intéresser le plus grand nombre de visiteurs. 2016 nous a démontré que celles-ci constituaient une valeur ajoutée au salon.

Philippe Verdonck est un entrepreneur qui ne manque pas d’idées. Il vient de créer Viah, une agence immobilière spécialisée dans la vente et l’achat en viager, un domaine qu’il côtoie depuis près de dix ans. L’occasion de faire le point sur un secteur déjà ancien mais encore méconnu.

Rayon investissement, nous nous intéresserons de près à une formule qui en a déjà séduit plus d’un : l’achat d’un bien immobilier aux États-Unis. Avocat spécialisé dans les transactions immobilières outre-Atlantique, Jean-Marc Goossens sera notre spécialiste en la matière.

En début d’après-midi, la notaire bruxelloise Marie-Pierre Géradin viendra nous parler des changements à venir en matière de planification successorale programmés pour le 1er septembre 2018.

Enfin, Jean-Marie Bertrand se penchera pour nous sur l’évaluation immobilière. Dirigeant avec son fils Gilles le bureau Aprim JMB, il fera le point sur une donnée fondamentale en cas d’achat et de vente, mais dont on se demande parfois sur quels critères elle repose.

Si le cocktail du vendredi soir se tiendra uniquement sur invitation, le salon du samedi est accessible à tous. Une inscription est toutefois conseillée. Pour ce faire, il suffit de vous rendre sur le site www.lesoir.be/salonimmo, d’y renseigner vos coordonnées et le tour est joué.

Rendez-vous est pris pour le 14…

Bon à savoir

Par Paolo Leonardi

Un salon et quatre conférences

Salon de l’immobilier résidentiel et d’investissement.

Lieu Cercle de Lorraine, place Poelaert nº6 à 1000 Bruxelles (juste en face du Palais de Justice)

Dates le vendredi 13 octobre, à partir de 18 heures (cocktail sur invitation uniquement) et le samedi 14 octobre à partir de 9 heures (fin à 16h30).

Horaires des conférences 10h : Le viager (par Philippe Verdonck) ; 11h30 : Investir aux Etats-Unis (par Jean-Marc Goossens) ; 14h : La réforme successorale (par la notaire Marie-Pierre Géradin) ; 15h30 : L’évaluation immobilière (par Jean-Marie Bertrand).

Inscriptions (conseillées)www.lesoir.be/salonimmo.

Les stands NOA, BPI, Atenor, L SPhere, ERA, Capital Construct, Bouygues immobilier, Lecobel Vaneau, Lamy Construction, Property Hunter, Matexi, Thomas et Piron, Jumatt, Viagerim, Eaglestone, Victoire, Upgrade Immo.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Une image 3D du futur CERN à Genève.

    Le joker solaire des «archistars»

  • Les projets neufs fleurissent en Espagne et attirent de plus en plus d’acquéreurs.

    Résidences secondaires: l’Espagne pourrait à nouveau séduire

  • Travailler sur un coin de la table de la salle à manger, pas évident...

    Par Marie-Eve Rebts

    Immo

    Changer sa déco simplement

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS/Carlo Cozzoli

    Evolution de la propagation du coronavirus en Belgique: un lourd bilan humain (infographie)

  2. RTS38CM2

    Etats-Unis: chronique d’une pandémie annoncée où toutes les mises en garde ont été balayées

  3. Pour Amandine Delforge, maman de la petite Aria, les émotions liées à l’accouchement sont restées intactes.

    Elles ont accouché pendant le confinement: «Cela reste l’une des plus belles choses de la vie»

La chronique
  • Etats-Unis: chronique d’une pandémie annoncée où toutes les mises en garde ont été balayées

    Aux Etats-Unis, il ne faudra pas attendre une commission d’enquête parlementaire pour évaluer comment les autorités ont répondu à la pandémie du coronavirus. Le « journalisme de reddition de comptes » tourne déjà à plein régime dans ce pays où la Cour suprême a consacré le rôle de la presse comme Quatrième pouvoir. « Il a fallu 70 jours pour que Donald Trump traite le coronavirus non pas comme une menace distante ou une grippe inoffensive, mais comme une force meurtrière qui s’apprête à tuer des dizaines de milliers de citoyens », écrivait le Washington Post le 4 avril dans un article de 40.000 signes, fondé sur l’interview de 47 experts et sévèrement intitulé : « Les Etats-Unis accablés par le déni et les dysfonctionnements ».

    L’établissement de la ligne de temps de la pandémie et, en parallèle, des mesures gouvernementales est sans appel. Comme le reconnaissait le gouverneur démocrate de l’Etat de New York, Andrew Cuomo, « la maladie a toujours eu une longueur...

    Lire la suite

  • L’après-crise? Et voilà soudain qu’on prépare la sortie du confinement… idéologique

    Ce sera quoi la facture ? Lufthansa annonçait mardi qu’il faudrait restructurer Brussels Airlines. Soudain, 4.200 employés ont tremblé, et beaucoup d’autres travailleurs avec eux. Tenir, il faut tenir, mais les entreprises qui nous emploient y réussiront-elles ? Une enquête disait hier que 40 % des chefs d’entreprise wallons craignaient la faillite. Et voilà le mot redouté auquel on préfère désormais la « préservation de la chaîne de valeur ». Mais la menace est là, plus la mise à l’arrêt de l’économie du monde se...

    Lire la suite