Bruxelles: des amendes prévues pour les véhicules trop polluants dès janvier 2018

À partir de janvier 2018, une zone de basse émission va être mise en place à Bruxelles pour améliorer la qualité de l’air dans la capitale. Les véhicules les plus polluants seront donc chassés de Bruxelles, des sanctions seront en vigueur pour les conducteurs récalcitrants.

Dans un premier temps, les voitures diesel de norme Euro 1 et 0 seront bannies des communes de la Région bruxelloise. L’interdiction sera ensuite petit à petit étendue.

Des amendes prévues… et des dérogations

Des sanctions seront infligées aux conducteurs qui enfreignent la règle. Selon l’Echo, l’amende est fixée à 350 euros. Des caméras contrôleront les véhicules en croisant leur plaque d’immatriculation avec les bases de données de la DIV (Direction immatriculation des véhicules). Une période de trois mois sera fixée entre deux infractions pour ne pas sanctionner un conducteur pour la même infraction deux fois de suite et lui donner le temps de changer de véhicule.

Des dérogations visent toutefois les poids lourds, les véhicules prioritaires, les voitures transportant les handicapés… Les automobilistes pourront également s’acheter un droit de rouler avec un véhicule trop polluant pour un certain tarif journalier.

► Le gouvernement bruxellois dévoilera toutes les mesures du plan dans une conférence de presse prévue ce jeudi 12h.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le service d’aide aux victimes, gratuit, est accessible aux jurés d’assises, qui y sont orientés à leur demande.

    Assassinat de Valentin: «la perte de l’innocence» face à l’horreur

  2. 494162 (2)

    Svetlana Aleksievitch, autrice de «Tchernobyl»: «La série a le mérite d’avoir réveillé la conscience environnementale»

  3. Mark Hofmann en 1984.

    Simon Worrall: «Mark Hofmann était un génie des fake news»

Chroniques
  • Communisme et fascisme, même combat, même bilan?

    Que les mouvements de gauche extrême (Mélenchon, Podemos, PTB…) inquiètent certains, c’est logique : leurs programmes proposent une taxation des plus hauts revenus, la sortie des traités internationaux, bref, un virage à gauche toute d’une politique dans les pays européens qui, même avec des gouvernements socialistes, est majoritairement libérale depuis très longtemps. Une politique qui a lentement mais sûrement mis à mal les services publics, renforcé les grandes fortunes, favorisé les entreprises multinationales et creusé les disparités de revenus, en érodant sans cesse la classe moyenne. Que ces programmes soient partiellement irréalistes, c’est une vérité qui frappe l’ensemble des programmes de campagne ; mais nul ne peut nier qu’ils mettent le doigt sur des injustices réelles (l’absence de taxation sérieuse des multinationales, les disparités sociales, la précarisation des plus faibles…).

    Le cordon sanitaire

    Il n’empêche, nombreux sont celles et ceux qui appellent à un boycott de ces partis...

    Lire la suite

  • Tension dans le Golfe: mais qui met donc de l’huile sur le feu?

    D’inquiétants incidents se multiplient dans le Golfe. Après des attaques contre trois pétroliers il y a un mois, ce jeudi c’est un méthanier japonais et un pétrolier norvégien qui ont subi d’importants dommages après avoir été les cibles d’attaques non revendiquées. Cette tension exacerbée est aussi à l’origine d’une flambée des prix de l’or noir…

    Mais qui a attaqué ces navires marchands ? En mai comme cette semaine, les Etats-Unis et notamment un certain Donald Trump ont promptement pointé un...

    Lire la suite