Accueil Monde Asie-Pacifique

A Kaboul, guerre à durée indéterminée

Le patron du Pentagone et celui de l’Otan effectuent une visite-surprise en Afghanistan. Le voyage était le message : pas question de quitter ce « bourbier » tant que les insurgés et autres terroristes y poursuivent leurs attaques, ont-ils martelé. Le coût d’une retraite – sur une défaite – serait plus grand que celui – élevé – du maintien, affirme Jens Stoltenberg.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Monde Temps de lecture: 5 min

Les talibans ont juré de se battre contre les autorités à Kaboul et le corps expéditionnaire de leurs parrains occidentaux – jusqu’au retrait total de ces derniers. Mercredi matin, les insurgés ont perdu une occasion de progresser dans cette direction : ils ont accueilli la visite-suprise du chef du Pentagone Jim Mattis et du nº1 de l’Otan Jens Stoltenberg par une pluie de roquettes. Or, la nouvelle stratégie pour l’Afghanistan, arrêtée fin août par le président Donald Trump, donc (forcément) par l’Alliance atlantique, a renoncé à un retrait progressif, programmé à l’avance, pour maintenir une présence militaire sur le terrain, renforcée et à durée indéterminée… tant que les talibans poursuivront leurs attaques.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Asie-Pacifique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs