Les véhicules polluants interdits à Bruxelles: votre voiture est-elle concernée?

La Région bruxelloise a mis en place une zone de basse émission qui exclut progressivement les véhicules les plus polluants dès ce 1er janvier 2018. Objectif : lutter contre la mauvaise qualité de l’air à Bruxelles.

La zone d’interdiction couvrira l’ensemble des 19 communes, à l’exception du ring et de certaines voiries permettant d’accéder aux parkings de transit du Céria, de Stalle et de Kraainem.

Quels sont les véhicules concernés

Ils s’agit de l’ensemble des voitures, camionnettes de moins de 3,5 tonnes et bus.

L’interdiction sera progressivement mise en place. Pour les véhicules diesel, elle touchera les véhicules sans norme Euro et Euro 1 dès 2018, Euro 2 en 2019, Euro 3 en 2020, Euro 4 en 2022 et Euro 5 en 2025.

Pour les véhicules essence, les véhicules sans norme Euro et Euro 1 seront interdits en 2019 et Euro 2 à partir de 2025.

Comment connaître la norme Euro d’un véhicule

La norme Euro, une norme environnementale européenne, est indiquée sur la carte grise du véhicule. Il est également possible de la retrouver en indiquant son numéro de châssis sur www.ecoscore.be.

Pourquoi les restrictions sont plus importantes pour les véhicules diesel

© AFP
© AFP

L’instauration de cette zone de basse émission a pour but de diminuer les émissions de polluants les plus nocifs pour la santé, « à savoir les oxydes d’azotes, les particules fines et notamment les black carbon (BC) », peut-on lire sur lez.brussels, un site spécialement mis en place par la Région. « L’impact, en termes d’émissions de polluants sur notre qualité de l’air est plus important pour les véhicules diesel que pour les véhicules essence en termes d’émissions d’oxyde d’azote et de particules fines. C’est pourquoi il a été décidé de fixer des critères d’accès plus restrictifs pour les véhicules diesel ».

Les contrôles

140 caméras intelligentes seront installées pour contrôler les véhicules polluants dans la zone de basse émission. Les contrevenants risquent une amende de 350 euros.

Les dérogations

Les véhicules qui ne répondent pas aux critères d’accès à la zone de basse émission pourront obtenir une dérogation d’accès au territoire de 8 jours d’accès par an.

Les exceptions

Les véhicules suivants ne sont pas concernés par lé régime d’interdiction : les deux-roues motorisés (catégorie L), les poids-lourds de plus de 3,5 tonnes conçus pour le transport des marchandises (catégorie N2 et N3), les tracteurs agricoles ou forestiers (à chenille et à roue), les véhicules électriques ou roulant à l’hydrogène, les autocaravanes, les véhicules de la police, des pompiers, de l’armée, de la protection civile ou encore les ambulances, les véhicules « oldtimes », les véhicules adaptés au transport de personnes handicapées, les véhicules spécialement équipés pour l’entretien et le contrôle d’infrastructures et d’installations d’intérêt général, les véhicules adaptés spécialement pour les marchés, les foires, les parades et les commerces ambulants (foodtruck).

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20181016-3P4RLN 2018-10-16 16:22:49

    Pourquoi tant de personnes âgées se privent de soins dentaires

  2. Tom Van Grieken (président du Vlaams Belang) et Jan Jambon (N-VA).

    N-VA – Vlaams Belang, le nouvel axe qui inquiète à la Chambre

  3. Dans son Rapport mondial, l’Onusida indique que dans plus de la moitié des pays, moins de 50 % des populations clés ont eu accès à des services combinés de prévention du VIH.

    Le sida marque le pas, mais la lutte patine

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Par Frédéric Larsimont

    Robert Waseige, pour l’amour du 4-4-2 et du bon mot

    Waseige était ainsi fait, caractérisé – parfois jusqu’aux excès de la caricature – par les instantanés captés au vol par le grand public. Lequel, au fil des décennies, les imprimés dans la mémoire collective.

    Robert Waseige était donc un peu tout à la fois. Il était cette robustesse incarnée par son physique trapu d’ancien défenseur, contrastant avec d’étonnantes fragilités, insoupçonnables, lorsqu’il ouvrait soudain son âme lors d’entretiens prolongés. Il était aussi ses saillies passées à la postérité, d’une férocité parfois carnassière. Il était...

    Lire la suite