Les véhicules polluants interdits à Bruxelles: votre voiture est-elle concernée?

La Région bruxelloise a mis en place une zone de basse émission qui exclut progressivement les véhicules les plus polluants dès ce 1er janvier 2018. Objectif : lutter contre la mauvaise qualité de l’air à Bruxelles.

La zone d’interdiction couvrira l’ensemble des 19 communes, à l’exception du ring et de certaines voiries permettant d’accéder aux parkings de transit du Céria, de Stalle et de Kraainem.

Quels sont les véhicules concernés

Ils s’agit de l’ensemble des voitures, camionnettes de moins de 3,5 tonnes et bus.

L’interdiction sera progressivement mise en place. Pour les véhicules diesel, elle touchera les véhicules sans norme Euro et Euro 1 dès 2018, Euro 2 en 2019, Euro 3 en 2020, Euro 4 en 2022 et Euro 5 en 2025.

Pour les véhicules essence, les véhicules sans norme Euro et Euro 1 seront interdits en 2019 et Euro 2 à partir de 2025.

Comment connaître la norme Euro d’un véhicule

La norme Euro, une norme environnementale européenne, est indiquée sur la carte grise du véhicule. Il est également possible de la retrouver en indiquant son numéro de châssis sur www.ecoscore.be.

Pourquoi les restrictions sont plus importantes pour les véhicules diesel

© AFP

L’instauration de cette zone de basse émission a pour but de diminuer les émissions de polluants les plus nocifs pour la santé, « à savoir les oxydes d’azotes, les particules fines et notamment les black carbon (BC) », peut-on lire sur lez.brussels, un site spécialement mis en place par la Région. « L’impact, en termes d’émissions de polluants sur notre qualité de l’air est plus important pour les véhicules diesel que pour les véhicules essence en termes d’émissions d’oxyde d’azote et de particules fines. C’est pourquoi il a été décidé de fixer des critères d’accès plus restrictifs pour les véhicules diesel ».

Les contrôles

140 caméras intelligentes seront installées pour contrôler les véhicules polluants dans la zone de basse émission. Les contrevenants risquent une amende de 350 euros.

Les dérogations

Les véhicules qui ne répondent pas aux critères d’accès à la zone de basse émission pourront obtenir une dérogation d’accès au territoire de 8 jours d’accès par an.

Les exceptions

Les véhicules suivants ne sont pas concernés par lé régime d’interdiction : les deux-roues motorisés (catégorie L), les poids-lourds de plus de 3,5 tonnes conçus pour le transport des marchandises (catégorie N2 et N3), les tracteurs agricoles ou forestiers (à chenille et à roue), les véhicules électriques ou roulant à l’hydrogène, les autocaravanes, les véhicules de la police, des pompiers, de l’armée, de la protection civile ou encore les ambulances, les véhicules « oldtimes », les véhicules adaptés au transport de personnes handicapées, les véhicules spécialement équipés pour l’entretien et le contrôle d’infrastructures et d’installations d’intérêt général, les véhicules adaptés spécialement pour les marchés, les foires, les parades et les commerces ambulants (foodtruck).

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Dominique Rodenbach/ Le Soir

    Extension du métro à Bruxelles: le projet de la ligne 3 en quelques dates

  2. Sur les images des caméras de surveillance, l’agresseur n’est pas identifiable.

    L’agression d’Anderlecht inquiète les musulmanes

  3. Il n’y a pas que la guerre commerciale de Donald Trump qui freine les exportations chinoises.

    La Chine s’essoufle, le monde a de bonnes raisons de s’inquiéter

Chroniques
  • Et pendant ce temps, au Kurdistan…

    La crise – ou plutôt les crises – qui secoue le Proche-Orient depuis longtemps est d’une effroyable complexité. Il y a cependant quelques lignes de force communes, qui apparaissent lorsque l’on fait un zoom sur le facteur humain. Autrement dit, celui dont on tient le moins compte, la chair à canon, le facteur d’ajustement…

    Plusieurs essais ont marqué notre époque : Ces malades ou Ces psychopathes qui nous gouvernent. Qu’ils soient malades ou psychopathes, nos gouvernants – pas tous élus démocratiquement pour ce qui concerne la région en question – sont certainement conduits par le sacro-saint principe de la realpolitik, qui fait peu de cas du facteur humain et vise les intérêts de la nation, le plus souvent à court terme. Ainsi, les Américains ont soutenu les talibans contre les Russes, sans imaginer qu’un jour, ce Ben Laden se retournerait contre eux. Et pendant ce temps, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants subissent les horreurs d’une guerre contre laquelle ils ne peuvent rien, qu’ils n’ont pas voulue et qui ne leur apporte que mort et destruction....

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Bruxelles: le débat sur le métro a besoin d’un arbitre

    C’est une évidence, il faut d’urgence améliorer la mobilité à Bruxelles. Cela passera par des investissements massifs dans les transports publics, par une amélioration drastique des infrastructures de mobilité douce (marche à pied, vélo, micromobilité) et une volonté de rendre les alternatives existantes encore plus accessibles et faciles d’utilisation. Sans oublier le courage d’imposer des freins à l’utilisation individuelle de la voiture. Du métro, pas de métro ? Un peu, beaucoup ? Le débat divise et agite la classe politique...

    Lire la suite