1.000 employés quitteront prochainement ING Belgique

© Reuters
© Reuters

Jeudi après-midi, l’heure était au premier bilan chez ING Belgique. Dans le cadre d’un comité de suivi (un organe de communication hebdomadaire mis en place après qu’un accord social a été trouvé), la direction avait rendez-vous avec les syndicats pour leur communiquer les premiers résultats des différents plans de départs volontaires proposés aux employés.

Au total, 966 personnes ont répondu à l’appel : 796 employés âgés de 55 ans et plus partiront prochainement à la retraite anticipée et 170 autres ont accepté de démissionner en échange d’un accord financier dont 40 pour créer leur propre entreprise (la banque propose, dans ce cas de figure, une aide supplémentaire).

Quid des licenciements secs ? Vingt-deux personnes ont déjà été remerciées. Un nombre qui gonflera d’ici à la fin de l’année. Dès lundi, la première phase de « redéploiement » pour 2.200 membres du personnel prendra en effet fin. Traduisez le langage ING par : ces plus de 2.000 employés, issus principalement des départements centraux de la banque (product management, marketing, digital channels, IT…), avaient depuis le mois de juin entamé une procédure de réorientation. En d’autres mots, ils devaient postuler pour leur job actuel si celui-ci subsiste dans l’organigramme de la banque ou pour un autre poste. Les malheureux qui n’ont pas trouvé leur place dans la nouvelle structure passeront dès lundi prochain dans le « job accelerator », où on les aidera à postuler à nouveau au sein du groupe. Si à nouveau, la démarche est un échec, ces derniers seront licenciés.

Pour rappel, le 3 octobre dernier, ING Group a annoncé un vaste plan de restructuration mondial, impliquant la perte de 3.150 emplois dans sa division belge (soit un tiers de l’effectif). Après plusieurs mois de négociations dans le cadre d’une procédure Renault, les syndicats ont obtenu une baisse substantielle du nombre de licenciements secs : 1.700 étaient prévus à l’origine par la direction néerlandaise, entre 900 et 400 personnes quitteront finalement la banque dans les cinq ans). Une fourchette conditionnée principalement au succès d’un plan de départs anticipés et volontaires.

Précisons qu’ING a également engagé ces derniers mois 235 nouveaux collaborateurs.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Des manifestations de jeunes et de représentants de peuples menacés ont émaillé les dernières heures officielles de la COP de Madrid.

    COP25: une nuit pour conclure un accord au forceps

  2. Charles Michel en conversation avec le Premier portugais, Antonio Costa. Curieusement, ce dernier s’en est pris au travail de son propre ministre des Finances.

    Budget de la zone euro: Charles Michel reprend la main

  3. Plus de 2.000 personnes du secteur culturel flamand s’étaient rassemblées au Beursschouwburg à Bruxelles pour dénoncer les mesures prises par le gouvernement Jambon.

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Les «confédéralistes» ont leur modèle. Et les autres?

    Il y a quelques années, lorsque la N-VA sortait son séparatisme ou sa version cosmétique, le confédéralisme, la réplique fusait : « Et vous allez faire quoi de la dette ? Et vous allez faire quoi de Bruxelles ? » Avec zéro réponse, ce qui rassurait les opposants : les nationalistes avaient montré leurs dents, mais n’avaient pas de quoi mordre.

    Mais voilà, à la N-VA, on ne laisse aucun terrain stratégique en jachère. Dans ce parti, on sait que pour convaincre, il faut...

    Lire la suite