Accueil Opinions

«On peut être dur et être humain...»

Victor Dreke, 80 ans, ancien lieutenant de Che Guevara au Congo, brosse un portrait très flatteur du « Guerrillero Heroico », qui illustre bien le culte dont il continue à jouir à Cuba.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Un martyr qui a donné sa vie pour l’auto-détermination des peuples opprimés ou un personnage de poudre et de sang, dogmatique et implacable ? Cinquante ans après la disparition de Che Guevara, les réponses sont totalement contradictoires, selon que l’élan du cœur porte vers La Havane ou Miami.

Dans la première direction, nous avons recueilli le témoignage de Victor Dreke, 80 ans, commandant en retraite, combattant de la première heure de la Revolución et cheville ouvrière des expéditions cubaines en Afrique. Il coudoya le Che au Congo ex-belge, d’avril à novembre 1965. Le portrait qu’il en brosse, largement hagiographique, illustre bien le culte dont le Guerrillero Heroico continue à jouir à Cuba.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Opinions

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs