Accueil Belgique Politique

L’idée régionale reprend du poil de la bête chez les socialistes

Plusieurs raisons expliquent cette floraison wallinophile au sein du PS.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

Le printemps 2018 sera wallon. Si l’on en croit Willy Demeyer, interviewé voici une semaine dans L’Echo, les premiers bourgeons de l’année à venir verront fleurir un congrès régional wallon sur les terres du bourgmestre de Liège. C’est que, sans avoir l’air de trop y toucher, l’idée régionale regagne des voix chez les socialistes et reprend du poil de la bête.

Il semble révolu le temps où les Happart, Van Cau et consort incarnaient, le verbe fort, le projet d’une Wallonie disposant des leviers de son destin au risque de le ringardiser aux yeux d’une partie de l’opinion publique. Désormais, les fers de lance du régionalisme affichent des visages de gendre idéal. Ils se nomment Pierre-Yves Dermagne, Nicolas Martin, Eliane Tillieux ou encore Paul Magnette, sans oublier Christophe Collignon qui poursuit là le combat de son père, Robert.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par François Lemaire, dimanche 1 octobre 2017, 8:13

    Par rapport à Jean-Luc Crucke, je trouve dommage de considérer a priori qu'un tel sujet ne puisse pas être abordé avant les élections. C'est une très mauvaise habitude belge de faire voter d'abord sur des thèmes généraux et banals, et de se réserver les discussions importantes pour la suite dans les directions des Partis. On l'a vu sur des sujets institutionnels, absents des campagnes alors qu'il a fallu des mois ensuite pour les résoudre. On l'a vu sur le nucléaire, sur les cours philosophiques ou l'organisation de l'enseignement en général, on le verra sur le RER bruxellois, sur la monarchie, l'immigration. Autant de sujets que la nomenklatura s'accorde à trouver trop sensibles pour faire l'objets de débats électoraux. Sinon, on devrait souligner que l'approche régionale, et donc territoriale, a pour elle d'être beaucoup plus démocratique et de faire disparaître l'horrible terme communauté du vocabulaire politique. On sait que celui-ci fait partie du dispositif de chantage à la fin du pays issu du Mouvement flamand, et que son acceptation indique l'attitude de soumission à ce chantage.

  • Posté par Van Steen Willy, samedi 30 septembre 2017, 21:13

    De quel droit prétendez-vous, messieurs du PS, que les belges du sud de notre pays n'aiment pas BXL?Ca vous arrange de parler soi-disant en notre nom?Déja que vous vous êtes fait une réputation de magouilleurs, et ce depuis 35 ans, vous voudriez de surcroît nous séparer de ce qui a toujours été notre capitale, quoi que vous en pensiez! Nous n'aimons pas Namur, que vous voulez nous imposer, mais sachez que si votre choix nous a grugés, notre coeur continue à battre pour notre vraie capitale, et ça vous n'y changerez rien! Cessez de décider de nos choix, vous ne méritez pas la confiance que nous étions en droit d'obtenir, que du contraire, jamais vous ne vous êtes tant éloigné du citoyen, jamais vous ne nous avez autant leurré!Alors,cessez vos rodomontades, et faites-vous tout petit, car vous ne valez plus grand chose à nos yeux!

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs