Accueil La Une Culture

Yves Sente : «Aucun auteurn’a le droit d’interdire la prolongation de son œuvre»

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 2 min

La question de la survie des héros se pose depuis la mort d’Hergé. En ce qui concerne la lettre de Jacobs, dont j’ignorais l’existence, elle a été écrite en fin de vie par un homme fragilisé. On peut donc l’interpréter en sens divers. D’un côté, Jacobs reconnaît que les lecteurs ont l’espoir de voir se poursuivre les aventures de ses héros. De l’autre, il ne peut pas promettre, vu son état de santé, de leur donner satisfaction. À mon sens, il n’est pas explicitement dit qu’il ne souhaiterait pas que ses héros aient une vie après sa mort.

On ne peut être certain de l’intention réelle et profonde du maître à travers cette lettre de réaction à un article de presse. Au plan éthique, personne n’a le droit de parler à la place de Jacobs et certainement pas Philippe Biermé.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs