Accueil Société Régions Bruxelles

Marathon de Bruxelles: 1.000 euros pour le gagnant, 300 pour la gagnante

La secrétaire d’État bruxelloise à l’Égalité des chances, Bianca Debaets (CD&V), s’est indignée de l’importante différence de prix entre les gagnants masculins et féminins.

Temps de lecture: 2 min

La secrétaire d’État bruxelloise à l’Égalité des chances, Bianca Debaets (CD&V), s’est indignée dimanche de l’importante différence de prix entre les gagnants masculins et féminins du marathon de Bruxelles.

Une photo circulant sur les réseaux sociaux montre les deux podiums finaux de la course longue de 42km, avec côté hommes un chèque de 1.000 euros pour le vainqueur et côté femmes, un chèque de 700 euros inférieurs, soit 300 euros.

La secrétaire d’État appelle dès lors à des prix égalitaires entre les hommes et les femmes lors des compétitions sportives. Elle s’est dite surprise de constater que Christelle Lemaire, qui a remporté le marathon de Bruxelles, doive se satisfaire d’un prix plus de trois fois inférieur à celui de son homologue masculin Stephen Kiplagat. «Pourtant, Christelle Lemaire a couru la même distance», a-t-elle indiqué dans un communiqué.

La députée humaniste Catherine Fonck s’est également indignée sur le réseau social Twitter. «Surréaliste. Au cœur de la capitale européenne. Me demande bien quelle pseudo explication va être donnée», a-t-elle écrit, en commentaire de la photo des deux podiums masculin et féminin.

Bianca Debaets souligne que cette différence de reconnaissance n’est pas propre à la course à pied. «Nous le constatons également dans de nombreux autres sports. Il n’est pas normal que des footballeurs masculins gagnent en une après-midi ce que leurs homologues féminines gagnent pendant toute une année. Dans aucun autre secteur, les différences de revenus entre hommes et femmes ne sont aussi prononcées que dans certains sports», relève-t-elle.

La secrétaire d’État souhaite dès lors rencontrer les organisateurs du marathon «afin que lors des prochaines éditions, une telle différence de prix ne se reproduise plus». Elle appelle par ailleurs à des prix égalitaires pour les hommes et les femmes lors de n’importe quelle compétition sportive.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Eric Lavenne, lundi 2 octobre 2017, 12:13

    Et la "lanterne rouge" (au neutre) ;quel a été son gain ???

  • Posté par Wathelet Michel, dimanche 1 octobre 2017, 21:30

    Il n'en n'est pas moins vrai que cela est choquant. Tout cela pour une affaire de testostérone et de pognon. En 2017, il serait normal que pour un travail équivalent, le sexe n'intervienne pas dans la décision financière. C' est une question de bon sens et d'égalité. Il y a parmi les décideurs de la question trop de personnes au cerveau lisse.

  • Posté par Coets Jean-jacques, dimanche 1 octobre 2017, 19:05

    Bien d'accord mais...cela fait des années que c'est ainsi...pourquoi sortir du bois après autant d'années. Déjà en 48 les femmes manifestaient pour l'égalité des salaires. Et vous attendez 2017...?!

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs