Marathon de Bruxelles: 1.000 euros pour le gagnant, 300 pour la gagnante

© Belga / Jasper Jacobs.
© Belga / Jasper Jacobs.

La secrétaire d’État bruxelloise à l’Égalité des chances, Bianca Debaets (CD&V), s’est indignée dimanche de l’importante différence de prix entre les gagnants masculins et féminins du marathon de Bruxelles.

Une photo circulant sur les réseaux sociaux montre les deux podiums finaux de la course longue de 42km, avec côté hommes un chèque de 1.000 euros pour le vainqueur et côté femmes, un chèque de 700 euros inférieurs, soit 300 euros.

La secrétaire d’État appelle dès lors à des prix égalitaires entre les hommes et les femmes lors des compétitions sportives. Elle s’est dite surprise de constater que Christelle Lemaire, qui a remporté le marathon de Bruxelles, doive se satisfaire d’un prix plus de trois fois inférieur à celui de son homologue masculin Stephen Kiplagat. «Pourtant, Christelle Lemaire a couru la même distance», a-t-elle indiqué dans un communiqué.

La députée humaniste Catherine Fonck s’est également indignée sur le réseau social Twitter. «Surréaliste. Au cœur de la capitale européenne. Me demande bien quelle pseudo explication va être donnée», a-t-elle écrit, en commentaire de la photo des deux podiums masculin et féminin.

Bianca Debaets souligne que cette différence de reconnaissance n’est pas propre à la course à pied. «Nous le constatons également dans de nombreux autres sports. Il n’est pas normal que des footballeurs masculins gagnent en une après-midi ce que leurs homologues féminines gagnent pendant toute une année. Dans aucun autre secteur, les différences de revenus entre hommes et femmes ne sont aussi prononcées que dans certains sports», relève-t-elle.

La secrétaire d’État souhaite dès lors rencontrer les organisateurs du marathon «afin que lors des prochaines éditions, une telle différence de prix ne se reproduise plus». Elle appelle par ailleurs à des prix égalitaires pour les hommes et les femmes lors de n’importe quelle compétition sportive.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite