Bruxelles: Marie Nagy et Michaël François rejoignent Défi

Fabian Maingain, Marie Nagy et Michaël François ont décidé de regarder ensemble dans la direction de l’Hôtel de ville.
Fabian Maingain, Marie Nagy et Michaël François ont décidé de regarder ensemble dans la direction de l’Hôtel de ville. - Sylvain Piraux.

Depuis quelques mois, Fabian Maingain (Défi) se sentait un peu seul sur les bancs de l’opposition au conseil communal de la Ville de Bruxelles. Son parti a évidemment le vent en poupe depuis l’affaire du Samusocial, mais surtout de la sortie de Benoît Lutgen (CDH) qui a permis à son père, Olivier Maingain, de devenir tout-puissant à Bruxelles. Pour les prochaines élections, on lui a promis l’arrivée de la députée bruxelloise Fatoumata Sidibé, mais cela n’est pas suffisant. Alors il a regardé du côté d’Écolo, ou plutôt des deux jeunes dissidents : Michaël François et Marie Nagy. Grâce à ses paroles et à sa personnalité, il a convaincu ces deux orphelins des verts, qui le rejoignent donc dès le prochain conseil communal.

En janvier dernier, Michaël François décidait de partir d’Écolo car il ne se retrouvait plus dans le parti et critiquait le manque d’ouverture dans les débats. « Écolo est dans une case dogmatique et nous avançons peu dans les débats », expliquait le conseiller nouvellement indépendant. En mars, c’est au tour de Marie Nagy, pourtant une des pionnières du mouvement vert, de claquer la porte : « Nous ne pouvions plus avoir de débat constructif, complète-t-elle. On parle de laïcité. La valeur est dans le discours d’Écolo mais pas dans les faits. Je ne pouvais plus rester.  » Depuis, les deux conseillers siègaient comme indépendants.

Sur le Soir+  : l’interview de Michaël François, Marie Nagy et Fabian Maingain

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • A compétences égales, accès à l’emploi égal? Les employeurs l’assurent mais les chiffres dévoilent une réalité moins rose.

    La réalité des inégalités au travail

  • Les promeneurs ont l’impression de ne plus être à Bruxelles mais plutôt dans un paysage de campagne bucolique.

    Par Vanessa Lhuillier

    Bruxelles

    Prendre un bon bol d’air en pleine conscience

  • La maquette du centre de conventions de 5.000 places et d’un hôtel a été présentée à l’été.

    Beaucoup de questions autour de Neo 2

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 140310-F-NG006-007

    F-35: «Ce que nous promettons à l’industrie belge, ce ne sont pas des cacahuètes!»

  2. 150 pièces, toutes authentiques, rassemblées ici pour la première et dernière fois.

    Toutânkhamon, superstar des pharaons à Paris

  3. «
Le non-marchand a l’avantage d’avoir besoin de toutes sortes de profils financiers
», explique -Michel Cappoen, secrétaire général du Setca.

    Bientôt des banquiers en blouse blanche

Chroniques
  • Visa pour la Flandre: nos ancêtres les… Bourguignons

    Et voilà un livre qui s’est vendu à 50.000 exemplaires en un mois de temps et est d’ores et déjà assuré d’une traduction en allemand et en anglais. Et voilà un auteur qui remplissait ce lundi une salle de 400 personnes à Strombeek-Bever, comme chaque jour de la semaine depuis un mois. Et voilà un travail décliné en podcasts d’une heure et demie sur Radio Klara et qui devrait faire l’objet de représentations en 2020 à la KBR, la Bibliothèque royale de Belgique.

    La raison de cet engouement ? De Bourgondiërs, le dernier opus de l’auteur Bart Van Loo qui a déjà enthousiasmé Flamands et Néerlandais par sa capacité à son Napoléon et son  Histoire chantée de la France. Il a travaillé pendant quatre ans à ce nouvel ouvrage de 600 pages, plongé dans les livres, dialogué avec les médiévistes pour se consacrer finalement à l’écriture avec, aux pieds, des baskets neuves sur lesquelles il a fait inscrire « Philippe Le Hardi ». Un accoutrement qui n’était...

    Lire la suite

  • Orban suspendu du PPE: petites punitions entre amis

    Et voilà donc le Fidesz, le parti du dirigeant hongrois Viktor Orban suspendu jusqu’à nouvel ordre. Le Parti Populaire Européen (PPE) sort, lui, ce jeudi de la position de Ponce Pilate qui a été la sienne durant des années, mais de façon assez hypocrite. Orban et son parti sont en effet publiquement déjugés mais il n’y a rien de définitif dans ce geste tardif posé, qui ne préfigure en rien d’une future exclusion.

    La logique « juridique » impose certes de donner un avertissement avant d’...

    Lire la suite