L’église Saint-Gertrude va être reconstruite

L’église sera un mélange de modernité mais conservera des éléments de l’ancien édifice. © D.R.
L’église sera un mélange de modernité mais conservera des éléments de l’ancien édifice. © D.R.

Après plus de 24 ans de discussions sur le sujet, une nouvelle église Sainte-Gertrude va voir le jour place Van Meyel à Etterbeek. Elle sera entièrement financée par la fabrique d’église de la paroisse du même nom qui économise depuis des années. Dédiée avant tout au culte catholique, elle pourra aussi accueillir des conférences et des événements culturels, avec une capacité de 230 visiteurs.

Il aura fallu plusieurs dizaines d’années pour que les autorités se décident après la démolition de l’église Sainte-Gertrude en 1993. Il s’agira donc d’une toute nouvelle construction, légèrement plus petite que le bâtiment initial. « Il y aura toutefois la possibilité théorique de l’agrandir si besoin dans le futur, précise Vincent De Wolf, le bourgmestre (MR) d’Etterbeek. Ce projet devrait coûter 2.150.000 euros et il sera entièrement financé par la fabrique d’église de la paroisse Saint-Gertrude. »

Pourquoi construire une nouvelle église dans la capitale alors qu’on en réaffecte ou désacralise certaines ? Monseigneur Kockerols, évêque auxiliaire de Bruxelles, avance plusieurs arguments : « La communauté chrétienne est très vivante dans le quartier de la place Van Meyel. Bien sûr que les fidèles peuvent aller dans une autre église, comme celle de Saint-Antoine, mais ils souhaitaient en avoir une plus proche, commence-t-il. Nous prenons également en compte la proximité des institutions européennes. Les fonctionnaires européens auraient, à leur disposition, un lieu de culte non loin de leur travail ou de leur domicile. » Son dernier argument relève plus de l’urbanisme. « Cette place est vide depuis la démolition de la précédente église en 1993 alors qu’elle a justement été conçue pour recevoir une église. Il s’agirait d’un retour à l’harmonie sur cette place. »

Un parvis vivant et verdoyant

Dans le volet plus technico-pratique, la nouvelle construction pourra accueillir près de 230 visiteurs dans un espace de 535 m². Elle sera moderne, lumineuse, mais comportera aussi des éléments de l’ancien édifice. « La croix en fonte qui se trouvait autrefois dans l’église démolie sera exposée. Même chose pour les quatre anciennes cloches », explique le bourgmestre. Le bâtiment pourra, en plus, servir à l’organisation de concerts ou de conférences.

La place Van Meyel sera réaménagée par la même occasion. « Il s’agira d’un lieu vivant et verdoyant. En face de l’église, il y aura une place arrondie qui servira de parvis. Nous avions une contrainte principale : garder l’offre de stationnement sur la place. Et nous y sommes parvenus », raconte les architectes du projet. Après concours, c’est finalement Geert De Groote Architecten et Kueh Malbezzi, qui ont été choisis.

Les permis sont en passe d’être demandés. Avant la construction, des fouilles archéologiques seront réalisées sur le site, financées par le budget régional. Les travaux pourraient commencer en 2019. Les autorités souhaitent inaugurer la nouvelle église pour les fêtes de Noël 2020.

Sur le même sujet
UrbanismeNoël
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite