Accueil Société Régions Hainaut

Brigitte Aubert succédera au bourgmestre Alfred Gadenne, assassiné

Elle prêtera serment ce lundi soir et deviendra la première femme à diriger la Ville, non sans émotion. Malgré les circonstances dramatiques, elle dit être prête à assumer ses responsabilités.

Entretien - Cheffe adjointe du service Société Temps de lecture: 3 min

Mardi matin, Brigitte Aubert (CDH) montera un étage supplémentaire du centre administratif de Mouscron pour assumer son nouveau rôle de bourgmestre. Mais d’ici là, elle a tenu à rester au premier étage, là où elle exerce depuis 2006 en tant qu’échevine des affaires sociales et de l’urbanisme. S’asseoir dans le fauteuil d’Alfred Gadenne, le bourgmestre assassiné le 11 septembre dernier, reste une étape aussi difficile que symbolique. « Mais je suis prête à assumer ma tâche et mes responsabilités », assure celle qui va devenir la première femme à diriger la Ville.

Trois semaines se sont écoulées depuis le décès tragique du bourgmestre, comment vous sentez-vous aujourd’hui ?

La douleur et l’absence soudaine d’Alfred sont encore difficiles à supporter. Et puis il y a cette sensation de vivre des moments d’urgence en permanence où beaucoup de choses sont à gérer en même temps.

Vous étiez l’élue désignée pour ce poste mais vous avez mis du temps à l’accepter…

J’ai mis du temps non pour me décider, mais pour y penser. La première semaine, j’étais en plein deuil, bien incapable d’envisager la suite. Mais je n’ai pas vraiment hésité même si je suis dans une situation ambiguë où j’accède à un poste, très convoité en politique, mais dans des circonstances terribles. Mais même si je n’ai pas eu beaucoup de temps pour me préparer, je me sens tout à fait prête à assumer ma tâche et mes responsabilités.

Comment voyez-vous votre rôle de bourgmestre ? L’appréhendez-vous ?

Dans un premier temps, j’agirai dans la continuité. Je vais occuper ce poste durant un an avant les prochaines élections, je n’aurai donc pas beaucoup de temps pour prendre mes marques et imposer ma patte. Mais malgré tout, je souhaite mettre en place des nouveaux projets. Pour moi, ce n’est pas un intérim mais une poursuite du travail accompli avec une ambition assumée pour les six prochaines années.

Justement, la proximité des élections ne complique-t-elle pas la tâche du CDH à Mouscron qui, depuis 2012, a perdu successivement Damien Yserbyt et Alfred Gadenne, deux personnalités ultra-populaires ?

Mouscron est un fief important du CDH et compte bien le rester. Notre équipe et notre projet ici sont suffisamment forts que pour garder l’ensemble des voix. Cette tragédie nous a également considérablement rapprochés. Comme nous nous serrons les coudes depuis la mort d’Alfred, nous serons unis dans la campagne électorale. Il reste des personnalités fortes dans notre groupe et sans doute d’autres qui nous rejoindront en temps utile. Mais je crois, je sens que nous avons le soutien de la population plus que jamais.

Ce drame va-t-il changer votre façon de faire de la politique ?

Non car j’ai toujours voulu rester moi-même et proche des gens comme Alfred. Mais il nous a donné à tous une leçon de politique, à Mouscron et bien au-delà. Dans son dévouement, sa générosité, sa proximité, sa simplicité, il a montré ce que signifie faire de la politique au sens noble du terme. Comme bourgmestre, il était et il est devenu un exemple pour beaucoup de gens qui s’engagent. Il le sera aussi pour moi.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Hainaut

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo