Fusillade à Las Vegas: au moins 50 morts et plus de 400 personnes amenées à l’hôpital

Un tireur a ouvert le feu dimanche soir à Las Vegas sur une foule rassemblée pour un concert en plein air, tuant au moins 50 personnes dans ce qui constitue la fusillade la plus meurtrière depuis des décennies aux Etats-Unis. Selon un communiqué de la police, 406 personnes ont été amenées à l’hôpital. Selon le même communiqué, la police serait entrée de force dans la chambre d’hôtel où se trouvait l’assaillant et l’aurait trouvé mort.

Des milliers de spectateurs s’étaient retrouvés dimanche sur une vaste esplanade de la capitale américaine du jeu et du divertissement pour voir se produire Jason Aldean lors d’un festival réputé de musique country.

Le tireur avait pris place au 32e étage de l’hôtel Mandalay Bay, surplombant le public. C’est de la fenêtre d’une chambre de cet établissement qu’il a perpétré le carnage.

Les mobiles du tireur inconnus

Les circonstances de cette fusillade restent floues et les mobiles du tireur sont inconnus à ce stade. Il a été décrit comme un résident de Las Vegas par la police, et se nomme Stephen Paddock, âgé de 64 ans, a précisé le shérif. Plusieurs armes ont été retrouvées dans la chambre qu’il occupait.

Il a été abattu par la police qui l’avait localisé dans le vaste complexe hôtelier Mandalay Bay. «  Les policiers s’y sont rendus et ont abattu le suspect à cet endroit. Il est mort », a déclaré à la presse le shérif.

La police pense par ailleurs avoir retrouvé la compagne du tireur, une femme nommée Marilou Danley, mais elle n’en est «  pas sûre à 100 % », a indiqué le shérif. Il s’agit à ce stade d’un témoin que la police souhaite interroger.

Le président américain Donald Trump a été informé de «  l’horrible tragédie », a indiqué la Maison Blanche et il a présente ses «  sincères condoléances » aux victimes sur Twitter.

« Un bruit de pétards »

«  Nous étions en train de passer une très bonne soirée, quand nous avons entendu ce qui ressemblait à des pétards. Il s’agissait en fait d’une arme automatique en pleine action, mais ça ressemblait à des bruits de pétards », a raconté aux médias locaux Joe Pitz, un témoin.

«  Ça a commencé comme un bruit de verre brisé. On a regardé autour de nous pour savoir ce qui se passait. Quelques minutes plus tard, on a entendu pop-pop-pop-pop. On a pensé que c’était des feux d’artifice ou des pétards. Et on a réalisé que ce n’était pas le cas, que c’était des coups de feu », a raconté une spectatrice, Monique Dekerf à la chaîne CNN. «  On a pensé pour un moment, OK on va bien, il n’y a plus de tirs et puis ça a recommencé », a-t-elle ajouté.Plusieurs lieux de concerts ou de divertissements ont été la cible de fusillades dans les années récentes.

Dans un message sur Instagram, le chanteur Jason Aldean a indiqué que son groupe et lui étaient sains et saufs. «  La soirée a été au-delà de l’horreur », a-t-il confié en dédiant «  ses pensées et ses prières » à tous ceux qui se trouvaient dimanche à son concert.

Des images provenant des abords du Mandalay Bay ont montré la foule assistant au concert interrompu par des bruits ressemblant à des rafales d’arme automatique. La panique et l’affolement ont saisi les spectateurs. Certains ont cherché à s’enfuir, d’autres se sont couchés pour se protéger des tirs.

Sur des photos prises au moment du concert, on peut voir plusieurs personnes blessées, les membres ensanglantés, allongées sur le sol devant la scène, parfois réconfortées par un proche.

Avant la tuerie de Las Vegas, la pire fusillade s’était produite à Orlando en Floride. Le 12 juin 2016, un Américain d’origine afghane, Omar Mateen, avait tué 49 personnes et en avait blessé une cinquantaine dans un club gay d’Orlando (Floride). Il s’agissait d’un attentat --le pire aux Etats-Unis depuis ceux du 11 septembre 2001. L’organisation Etat islamique (EI), auquel le terroriste avait fait allégeance, a revendiqué la fusillade.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous