Une start-up à la conquête des hôtels

Vous êtes en vacances. Que vous ayez choisi le sable fin ou les pistes enneigées, certains problèmes risquent de se poser à vous. Quel chemin prendre pour retourner à l’hôtel ? Quels lieux visiter durant votre séjour ? Où se trouvent les restaurants les plus proches ? Voilà autant de points à propos desquels la start-up Guidewiser entend vous apporter des renseignements.

Depuis quelques mois, l’entreprise bruxelloise propose en effet un service de conciergerie virtuelle pour le secteur hôtelier. Le principe : un assistant fictif répond directement à vos questions grâce à l’intelligence artificielle. Un peu complexe au premier abord, le concept est en fait assez simple. « Cela fonctionne sur l’application Messenger. Vous ouvrez une conversation avec l’assistant de l’hôtel et il répondra à toutes les questions que vous lui posez », explique Jérôme Stinglhamber, en charge de l’aspect marketing.

À l’origine de ce projet, Karlis Skuja et Yuriy Perminov. Le premier est Letton, le second, Russe. Les deux hommes vivent à Bruxelles et ce pour la même raison : leur femme travaille à la Commission européenne. C’est lors d’un start-up week-end dans la capitale qu’ils se rencontrent. Le courant passe et une idée reste : développer un chatbot, contraction de « chat » (conversation) et « bot » (robot). Une idée qui vaut de l’or, ou en tout cas un prix Microsoft, qu’ils remportent en novembre 2016.

Forts de cette réussite, les deux développeurs se rendent à un cocktail organisé par la Chambre du commerce. Ils y rencontrent Jérôme Stinglhamber : « nos compétences sont complémentaires, nous formons une bonne équipe ». Créée en janvier 2017, l’entreprise commercialise son produit depuis le mois d’avril. Elle compte actuellement une quinzaine de clients. « Nous n’avons pas de concurrence sur le marché belge ». Ces chatbots constituent en effet une technologie toute récente. « L’avantage, c’est que nous fonctionnons sur Messenger : beaucoup de gens utilisent l’application et ne doivent donc pas en télécharger une nouvelle », commente Jérôme Stinglhamber.

Une réponse immédiate

Un système qui redonne le contrôle aux hôteliers, aussi bien au niveau du contenu que des réservations. L’hôtel a en effet la possibilité de répondre immédiatement aux commentaires des internautes et de les renvoyer directement vers son site pour les réservations, évitant ainsi que les clients ne passent par des sites tels que Booking.com. Aujourd’hui uniquement disponible en anglais, Guidewiser proposera une interface en français dès la fin du mois tandis que le néerlandais devrait arriver en octobre. Canal de services, la plateforme est aussi un canal marketing. Nom, photo, langue : elle permet de récolter de nombreuses données sur les usagers.

Des avantages qui intéressent les hôteliers. « L’hôtel Bloom nous a préférés à des développeurs allemands et indiens car notre projet était plus abouti. » Mais les trois entrepreneurs ne comptent pas se limiter au marché belge. « Je reviens tout juste du Luxembourg et nous avons d’ores et déjà rendez-vous à Madrid avec les responsables d’une chaîne espagnole », explique Jérôme Stinglhamber.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
C’est un mépris inacceptable à l’égard du Palais
!
», tonne le constitutionnaliste Marc Verdussen (UCL).

    Crise politique: le Roi tenu à l’écart, quelles conséquences?

  2. Le vice-Premier MR regrette que la N-VA ait changé d’avis sur le pacte migratoire.  Pas de s’être allié avec elle.

    Didier Reynders au «Soir»: «Pas de regret de s’être allié à la N-VA»

  3. 136.000 gilets jaunes ont manifesté ce samedi. Les forces de l’ordre ayant mobilisé un maximum de moyens ont procédé à 1.700 interpellations, dont 1.100 à Paris.

    Macron prépare sa réponse aux gilets jaunes

Chroniques
  • Mémoire aux poubelles, mémoire des poubelles

    Dans son documentaire Un héritage empoisonné, (voir aussi) Isabelle Masson-Loodts (entre autres membre du collectif Huma) établit un parallèle effrayant entre, d’une part, la « gestion » des obus et autres vestiges de la Première Guerre et, d’autre part, la gestion des déchets nucléaires menée par l’ANDRA (l’Agence nationale française des déchets radioactifs, NDLR). En cent ans, le constat n’est pas tant que l’on n’a rien appris ; c’est surtout que les mêmes erreurs sont commises, au nom de la même ignorance, du même cynisme et du même mépris des populations locales.

    La région de la Meuse, dans le nord de la France, permet à la réalisatrice de conforter ce parallèle ; elle a connu les dévastations de la Grande Guerre, les affres du nettoyage des déchets toxiques de cette guerre (obus souvent chargés de produits chimiques, cadavres…), et aujourd’hui, les projets d’enfouissement à plus de 500 mètres sous terre des déchets...

    Lire la suite

  • La souveraineté, cette dangereuse obsession

    S i la question se posait aujourd’hui, la Belgique ne signerait pas la Déclaration universelle des droits de l’homme. » Françoise Tulkens, ex-juge à la Cour européenne des droits de l’homme, est catégorique et en veut pour preuve les dissensions gigantesques qui entourent la signature du pacte migratoire. L’ex-juge souligne l’hostilité actuelle aux textes supranationaux, bien éloignée de l’enthousiasme d’il y a vingt ans.

    ...

    Lire la suite