Accueil Société Régions Bruxelles

Huit communes cherchent échevines

La parité dans les collèges n’est pas toujours atteinte. Des nouveaux quotas pourraient voir le jour.

Temps de lecture: 3 min

Il y a encore du travail à faire en matière d’égalité des genres dans les communes. Il suffit d’observer la part d’hommes et de femmes au sein des collèges. Les hommes sont bien plus nombreux. Pour corriger la situation, les députés bruxellois discutent aujourd’hui de l’application d’un quota qui fixerait un maximum de 2/3 de membres du collège du même sexe, ce dès la prochaine législature. Actuellement, 8 communes sur 19 comptent moins d’un tiers de femmes au sein du collège.

Afin de permettre une meilleure parité en politique, une ordonnance de 2005 a instauré l’obligation, pour les partis, de présenter autant d’hommes que de femmes sur les listes électorales. Mais, plus de dix ans après, force est de constater que la parité n’est pas encore là. C’est d’autant plus vrai dans la composition des pouvoirs exécutifs. D’où le souhait, pour le parti Ecolo, appuyé par Groen et par la députée MR Viviane Teitelbaum, d’instaurer un quota pour les collèges communaux à Bruxelles : au maximum 2/3 des membres du collège peuvent être du même sexe.

L’idée n’est pas nouvelle, le texte a été déposé dès janvier 2015 au parlement bruxellois. « Mais l’accueil des autres partis n’a pas été très favorable, ils venaient avec des difficultés pratiques sur l’installation d’une telle mesure », raconte Barbara Trachte (Ecolo), qui a codéposé le projet d’ordonnance. Ecolo a donc souhaité mettre en place un groupe de travail, avant de soumettre la proposition au vote des députés. C’est donc finalement plus de deux ans plus tard, ce mardi 3 octobre, que la commission des affaires intérieures se penchera sur ce projet d’ordonnance.

Elle pourrait ensuite passer rapidement en séance plénière et entrer en application dès les prochaines élections communales, l’année prochaine. « Il faut faire vite, confirme Barbara Trachte. Nous sommes pressés car les listes pour les communales sont en train d’être constituées. » La députée a bon espoir que l’ordonnance soit votée, tant il est difficilement défendable de rejeter un texte de loi prévoyant plus d’égalité entre les femmes et les hommes. D’autant plus que le parlement wallon a voté un décret (d’Ecolo aussi) similaire le mois dernier.

À Schaerbeek, une femme

Actuellement, 11 communes bruxelloises comptent déjà un tiers ou plus de femmes au sein de leur collège. Le plus mauvais élève en la matière est sans conteste Schaerbeek, où il n’y a qu’une seule femme échevine, Adelheid Byttebier (Groen), entourée de 10 hommes au sein du collège (et la présence de Dominique Decoux (Ecolo) à la présidence du CPAS). Saint-Gilles, Woluwe-Saint-Pierre et Etterbeek enregistrent aussi de très mauvais scores : 2 femmes contre 7 hommes. Watermael-Boitsfort, Berchem et Saint-Josse, avec 2 femmes pour 6 hommes, ne font guère mieux. Il faut remarquer aussi que, souvent, les femmes ont des compétences jugées moins prestigieuses, comme la petite enfance, les affaires néerlandophones, l’égalité des chances, les familles… Tandis que les hommes sont encore largement majoritaires au budget, à l’économie, à l’état civil ou encore à l’urbanisme. Les clichés ont la vie dure.

De l’autre côté du spectre, on note de bons élèves. Ganshoren, Molenbeek et Uccle ont autant d’hommes que de femmes. Le collège d’Evere est même plus féminin. Seules deux communes ont des bourgmestres femmes : Molenbeek (Françoise Schepmans, MR) et Ixelles (Dominique Dufourny, MR). Ixelles est d’ailleurs une commune à part : sur les 10 membres du collège, 7 sont des femmes ! Ici, ce sont les hommes qui représentent moins d’un tiers du collège.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles
La Une Le fil info Commentaires Partager

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs