Steven Defour est prêt à saisir sa chance chez les Diables: «Je suis prêt»

@News
@News

Avec la suspension d’Axel Witsel contre la Bosnie-Herzégovine, l’incertitude concernant l’état de Marouane Fellaini et l’absence de Radja Nainggolan, Steven Defour a une belle carte à jouer lors des deux prochaines rencontres des Diables rouges. « Peut -être que j’aurai la possibilité de jouer, oui. Je suis prêt. Et si l’occasion se présente, je dois la saisir », a déclaré le médian, mardi, à Tubize.

Defour ne pense pas qu’il tire profit de la non-sélection de Nainggolan. « Depuis les débuts de Roberto Martinez, quand je n’étais pas blessé et que je jouais en club, j’étais repris, même quand Radja l’était aussi. Donc pour moi, ça ne change rien. »

Steven Defour vit un bon début de saison avec Burnley. « La préparation faite cet été fait la différence. Nous avons aussi changé un peu de style de jeu. Nous avons des joueurs qui savent garder le ballon. Bon, on reste Burnley, donc nous n’avons parfois pas beaucoup le ballon, mais quand on l’a, on sait quoi en faire. En ce moment, je suis bien. Bien sûr, on peut toujours faire mieux, mais je me sens bien. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  2. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

  3. Le controversé Roman Polanski, par qui le scandale est arrivé.

    Le petit monde du cinéma français prépare sa révolution

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite