Accueil Économie

Les participants aux grèves sauvages dans les TEC seront bientôt sanctionnés

Le gouvernement MR-CDH est incité à agir rapidement : une grève sauvage serait considérée comme une absence injustifiée.

Info « Le Soir » - Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Cette fois, le débat sur le service minimum dans les transports publics entre dans le vif du sujet. Ce mercredi, le projet de loi portant sur « la continuité du service de transport ferroviaire de personnes » est défendu par le ministre François Bellot (MR) en commission du parlement fédéral. A Namur, Carlo Di Antonio (CDH), son homologue wallon en charge de la mobilité planche sur un projet de décret qui vaudra pour les TEC (bus, trams et métros) et qui doit « assurer la continuité d’un service de transport tant vers les établissements que vers les établissements hospitaliers », selon les termes de la Déclaration de politique régionale.

Au parlement de Wallonie, le CDH défendra la semaine prochaine une proposition de résolution qui demande au ministre Di Antonio (CDH aussi, ça tombe bien) d’engager des discussions avec les syndicats « sur la question de la responsabilisation des agents responsables de grèves sauvages. » Allergique à tout arrêt de travail improvisé, le MR devrait approuver la démarche. A noter que les grèves dites « émotionnelles », après l’agression d’un chauffeur par exemple, sont exclues du champ de cette initiative parlementaire.

« Ce qui est possible à la SNCB doit l’être pour les TEC lorsque le service est interrompu de manière sauvage, conclut Dimitri Fourny, chef de groupe CDH. On ne peut pas admettre que quelques individus immobilisent une entreprise publique et ses usagers. Les TEC doivent pouvoir sanctionner les fautifs. Avec le double objectif de respecter le droit des usagers, mais aussi la concertation sociale qui est aussi perdante lors de débordements de ce type. »

Sur Le Soir+ : le contexte politique autour du service minimum, le point sur le projet à la SNCB et tous les chiffres sur les grèves sauvages aux TEC

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Renette Michel-julien, mercredi 4 octobre 2017, 12:19

    Cela va légitimer le rôle des syndicats qui sont parfois obligés de courir derrière leurs affiliés incontrôlables et pénaliser les grands gueulards totalement incultes et indifférents aux problèmes qu'ils créent aux usagers réguliers. Dans leurs grèves, d'ailleurs, ils se trompent tous de cibles : au lieu de pénaliser la population, qu'ils aillent séquestrer les membres de leurs conseils d'administration et, au Tec, il y a du boulot, avec 5 ou 6 structures différentes pour faire le même job et combien d'administrateurs bidons ?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Économie

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs