Accueil Belgique Politique

Les élus de plus en plus muselés par leur parti

Des parlementaires qui n’osent plus s’exprimer quand ils ne partagent pas la ligne officielle de leur parti. D’autres qui sont punis pour avoir affiché leur différence. Les élus sont de plus en plus cadenassés. Explications et témoignages.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe du service Politique Temps de lecture: 5 min

Un parlementaire libéral clairement défavorable à la collaboration avec des officiels soudanais pour identifier les migrants venus du Soudan, mais qui ne veut pas s’exprimer. D’autres qui ne le font qu’« off the record », pour ne «  pas se désolidariser du Premier ministre  » ou qui ne sont finalement plus joignables après en avoir référé plus haut. Un cadre qui souhaitait défendre, chiffres à l’appui, la suppression des provinces, mais y a renoncé faute d’accord de sa hiérarchie jugeant le moment inopportun.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

6 Commentaires

  • Posté par Bernard Dropsy, mercredi 4 octobre 2017, 14:51

    C'est ça qu'ils appellent démocratie maintenant. C'est décidément de pire en pire avec ce gouvernement, vraiment plus rien ne va! Reste à espérer qu'aux prochaines élections,on saura reconnaître les dangers publics, quels qu'ils soient!

  • Posté par Christiane Bruneau, mercredi 4 octobre 2017, 11:09

    Il ne sert donc plus à rien d’élire des représentants! On fait des élections qui donnent un % à chaque parti qui décident entre eux ce qu'il faut faire (on épargne ainsi de devoir payer la multitude de députés et sénateurs) et ensuite ils votent en fonction de leur %tage.Ces partis se drapent dans la démocratie, mais ils sont les premiers à l'ignorer ! Quant au Mr, c'est effectivement devenu un parti de gauche: il instaure une taxe sur le capital (ce que les socialistes n'ont jamais osé faire) au même moment où la France supprime l'ISF. Une taxe populiste et totalement injuste (les propriétaires de biens immobilier ne sont pas touchés ainsi que ceux qui ont investit dans les produits d' assurances). 2 conclusions: j'espère que le Conseil d'Etat retoquera cette taxe + on oubliera le MR aux prochaines élections.

  • Posté par Lempereur Gael, mercredi 4 octobre 2017, 9:33

    Les partis politique fonctionnent de plus en plus comme les sectes. On vénère le maître ou on dégage!

  • Posté par Vermeulen Gregory, mercredi 4 octobre 2017, 10:53

    Il n' y a pas que les partis politiques ! Le plus effrayant c'est que c'est l'ensemble de la société qui est comme ça ! Cela fait bien longtemps que la démocratie n'existe plus en Europe

  • Posté par Gratter Poil, mercredi 4 octobre 2017, 8:42

    Le MR est un parti de gauche (taxe sur les comptes-titres, compromission avec le lobby des migrants du Parc Maximilien, etc). Si la NVA n’était pas le mâle dominant dans le gouvernement fédéral, on s’enfuirait en courant avec armes et bagages pour aller s’établir dans des Etats mieux gérés.

Plus de commentaires

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs