Accueil Économie Mobilité

La grève sauvage, un phénomène marginal aux TEC

Le nombre de jours d’arrêt de travail sans préavis et pour des causes internes est en baisse depuis le début de la législature.

Infographie - Journaliste au service Politique Temps de lecture: 2 min

Le gouvernement wallon MR-CDH est incité à agir : une grève sauvage sera prochainement considérée comme une absence injustifiée, comme le dévoile ce mercredi Le Soir. Mais qu’en est-il des vrais chiffres des grèves spontanées aux TEC ?

À lire aussi Pourquoi les participants aux grèves sauvages dans les TEC seront bientôt sanctionnés

Chaque arrêt de travail inopiné dans les transports publics provoque l’indignation des usagers. Pour les TEC en tout cas, l’émotion est largement injustifiée. La plupart du temps, les grèves s’y inscrivent dans des mouvements interprofessionnels et les revendications ne concernent pas l’entreprise.

Le nombre de jours d’arrêt de travail sans préavis et pour des causes internes est en baisse depuis le début de la législature. En 2014, le groupe TEC a connu 6,84 jours de grève de ce type. On n’en dénombrait plus que 4,02 jours en 2015 et 2,59 jours en 2016.

Et encore : il ne s’agit pas de mouvements qui frappent tout le réseau, mais de la somme de grèves partielles dans différentes sociétés d’exploitation. À titre d’exemple, on peut citer le cas du TEC Liège-Verviers où on a recensé deux mouvements sans préavis en 2016. Le second a concerné trois travailleurs pendant une heure à peine…

À lire aussi Le service minimum, le principe qui coince les entreprises publiques

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Sur le même sujet

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Retrouvez l'information financière complète

L'information financière
références Voir les articles de références VacancesWeb Voir les articles de VacancesWeb