Accueil Société

Remplacement des F-16: la France n’a pas répondu dans les règles à l’appel d’offres

Selon le ministre de la Défense Steven Vandeput, « aucune offre de prix et aucune réponse n’a été transmise par la France aux questions attendues dans le cadre de l’appel d’offre ».

Temps de lecture: 2 min

Le ministre de la Défense, Steven Vandeput, a constaté mercredi que la France n’avait pas répondu dans les règles à l’appel d’offres lancé par le gouvernement belge pour l’achat de 34 nouveaux avions de combat destinés à remplacer les F-16 vieillissants. Il a souligné, dans le même temps, qu’il revenait au gouvernement fédéral dans son ensemble de répondre à une proposition de «partenariat approfondi» formulée début septembre par Paris autour du chasseur Rafale.

«Je ne vois aucun élément qui n’aurait pas permis à la France de remettre une proposition gouvernementale détaillée conformément à ce qui était demandé dans le RfGP (l’appel d’offres lancé en mars par le ministère de la Défense, ndlr)», a-t-il affirmé en commission de la Défense de la Chambre.

« Aucune offre de prix, aucune réponse »

«Dans ce cadre, je tiens à préciser qu’aucune offre de prix, ni aucune réponse n’a été transmise par la France aux 164 questions posées aux candidats dans le RfGP et qui aurait dû constituer, en substance, la proposition gouvernementale attendue», a ajouté M. Vandeput (N-VA) en se fondant sur des avis juridiques interne et externe demandés par le gouvernement.

«Nous ne pouvons que constater que les Français ne souhaitent pas participer à la compétition telle que définie par la décision du Conseil des ministres du 17 mars (lançant l’appel d’offres)», a-t-il poursuivi.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Stampe Jérôme, jeudi 5 octobre 2017, 9:20

    Pourquoi tout ce cirque? Tout le monde sait bien très bien depuis le début que ce sera le F-35. L'appel d'offre n'a d'autre but que de soi-disant respecter la législation européenne en matière d'achats publiques…

  • Posté par Coets Jean-jacques, mercredi 4 octobre 2017, 16:58

    Entre des appareils de conception peut-être ancienne mais bien rôdés comme le Typhoon ou le Rafale, on s'oriente vers un avion plus récent mais qui a pris 7 ans de retard, dépassé son budget de près de 190 milliard de dollars, qui est impossible à entretenir par les forces aériennes qui l'ont commandé et dont les performances sont au mieux décevantes.

  • Posté par Nicolay Jean-marie , mercredi 4 octobre 2017, 16:50

    Les partis flamands ont décidé, comme ils décident pour tout!

  • Posté par Van Obberghen Paul, mercredi 4 octobre 2017, 16:43

    @André Weissenberg - Je ne défend pas particulièrement le F-35, mais bon, c'est un avion très avancé et il n'est pas illogique qu'il y ait des problèmes de développement et lors de la mise en service. La comparaison avec le F-104 (aussi de Lockheed) n'est pas raisonnable parce que 50 ans séparent la conception des 2. Par ailleurs, plusieurs pays ont déjà commandé le F-35 dont les Pays-Bas et Israël où il est déjà opérationnel, 2 pays peu enclins à prendre ce genre de décision à la légère, qui ont aussi eut des F-16 et des F-104. Ma préférence personnelle allait au Jas Grippen, le plus ancien des 4 mais lui-aussi pas exempt de problèmes sérieux (plusieurs crashes). Par ailleurs, on peut lire dans la presse spécialisée que les forces aériennes (dont l'Allemagne) qui exploitent l'Eurofighter sont mécontentes de l'appareil. Pour le moment, le Rafale n'est opérationnelle que dans l'armée de l'air française qui ne s'en plaindra certainement pas ouvertement et qui a eu le temps d'essuyer les plâtres. Mais bon, ils n'ont pas soumis à temps, donc... Ce qui est dommage évidemment, c'est que la course ait été faussée au départ pour favoriser le F-35 même si objectivement, le F-35 est probablement la meilleure solution, malgré ses maladies de jeunesses. Et son coût...

  • Posté par Weissenberg André, jeudi 5 octobre 2017, 12:27

    Je ne défends aucun appareil en particulier non plus, et nous sommes d'accord sur le fait que le F-35 est probablement le plus avancé des appareils restant en lice. Je ne suis toutefois pas sûr que le choix du F-35 par l'IADF soit un argument - si tant est qu'Israêl ait vraiment eu le "choix" de l'appareil destiné à remplacer ses propres F-16. Je voulais simplement attirer l'attention sur les importants problèmes de mise au point que que connaît le F-35 (et que n'avait pas connu le YF-16 au moment de la signature du "contrat du siècle"), notamment (mais pas exclusivement) du fait des exigences contradictoires liées à un caractère multirôle nettement plus prononcé que ce n'était le cas pour le YF-16 de l'époque, exigences contradictoires qui ont déjà eu raison par le passé d'autres programmes d'appareils multirôles américains (cfr le F-111). Il est par ailleurs notoire que le groupe Boeing a renoncé à présenter son propre appareil concurrent du F-35 pcq il estimait les dés pipés dès le départ en faveur de ce dernier. On rappellera à ce dernier égard, que le choix du F-104 - auquel je fais référence pour cette raison - n'aurait jamais été effectué sans l'importante corruption intervenue au moment de son choix. Il s'agit en effet d'un intercepteur pur, alors que la Belgique cherchait, à l'époque comme maintenant, un chasseur multirôle. Ce n'est pas pour rien non plus que la Belgique a choisi à la même époque d'acquérir le Mirage V (un développement et une simplification du Mirage III à la demande des ... Israéliens) pour remplacer les F-84 et autres appareils vieillissants encore en service, plutôt que d'augmenter le nombre de ses F-104, malgré l'intérêt économique évident puisque les F-104 étaient produits sous licence par la SABCA!

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko