Un drapeau catalan orne les couloirs du Parlement à l’initiative de la N-VA (photo)

Edition numérique des abonnés

Un drapeau catalan orne depuis lundi les couloirs du parlement fédéral belge. Ce dernier a été hissé à l’initiative de collaborateurs parlementaires du groupe N-VA, «par solidarité» avec les événements du week-end dernier lors desquels les forces de police espagnoles ont molesté des centaines de Catalans, officiels et civils, qui tentaient de participer au référendum sur l’indépendance de la Catalogne jugé anticonstitutionnel par Madrid.«Nous n’avons reçu aucun remarque des services», a commenté un collaborateur des nationalistes flamands.

La cheffe de groupe CDH à la Chambre Catherine Fonck a été la première à signaler la présence de ce drapeau. «Couloir relooké de la maison des parlementaires dans le palais de la Nation #Chambre : pas besoin de vous préciser par quel parti...», a-t-elle tweeté en diffusant une photo.

Solidaires de la cause indépendantiste catalane, la N-VA a appelé à l’instauration d’un dialogue, «conformément à la volonté du peuple catalan».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Réélu avec 8.501 voix, Philippe Close dirige désormais une majorité progressiste depuis l’hôtel de ville. © Bruno Dalimonte.

    Philippe Close au fédéral: «Envoyez-nous 200 policiers, on a le budget pour les payer»

  2. INDIA FIELD HOCKEY WORLD CUP 2018

    Coupe du monde de hockey: un titre tellement beau et mérité pour les Red Lions

  3. marche contre Marrakech

    «Rats de gauches», «notre peuple d’abord»: des extrémistes flamands dérapent dans le quartier européen

Chroniques
  • Chroniques et chroniqueurs: à quoi servent-ils?

    Il est d’usage, en fin d’année, de faire des bilans et d’émettre des vœux. Voilà trois ans que je tiens cette chronique, laquelle est la 153e publiée sur le site du Soir ; l’occasion, pour une fois, de me conformer à l’usage…

    Pour être précis, j’ai commencé les chroniques dans les pages du Soir en 2002. Je peux déjà faire une double constatation : les sujets qui agitent l’actualité aujourd’hui étaient présents à l’époque (montée des extrêmes droites, du nationalisme, du repli identitaire, du populisme ; terrorisme islamiste et d’extrême droite ; défi climatique ; délitement de la démocratie représentative ; financiarisation outrancière du monde et soumission du politique à la finance) ; leur acuité n’a fait que se renforcer, parce que les réponses qui y ont été apportées ont été insuffisantes, inefficaces, voire absentes.

    Il n’y a, je pense, pas grand intérêt à publier des volumes de chroniques, car celles-ci sont le plus souvent ancrées dans une actualité singulière, quand bien même, à la différence d’un...

    Lire la suite

  • Par Michel De Muelenaere

    Climat: trop tard, et trop peu, mais il faut agir

    Décrochées après prolongations, les conclusions du dernier sommet mondial sur le climat ont de quoi décevoir. De dilution en dilution, la politique climatique continue à être administrée à dose homéopathique alors que le patient n’est pas loin d’être en phase terminale, s’il ne l’est pas déjà. Le décalage entre le mal qui s’aggrave et le timide remède est d’autant plus criant que les dérèglements constatés confirment les prévisions de la science et que les nouveaux rapports d’experts, dont le dernier du Giec, promettent une aggravation. Y...

    Lire la suite