Accueil Monde

L’héritage d’Ithzak Rabin n’est pas encore mort

Vingt ans après l’assassinat du Premier ministre travailliste, une foule recueillie a ravivé son message de dialogue. Mais il a de plus en de mal à passer face aux imprécations des extrémistes.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 4 min

Environ cent mille personnes ont participé samedi soir, en plein centre de Tel-Aviv, à la cérémonie commémorant l’assassinat, il y a 20 ans, le 4 novembre 1995, du Premier ministre travailliste Itzhak Rabin. Un événement politique majeur puisque le « camp de la paix » n’était plus parvenu depuis longtemps à faire descendre autant de monde dans la rue.

« Ça fait chaud au cœur », nous a déclaré la députée Zeava Gal-On, la présidente du petit parti progressiste Meretz. « Je sais que les observateurs européens sont souvent pessimistes à propos du processus de paix avec les Palestiniens mais la foule de ce soir démontre que tout espoir n’est pas perdu et que la mémoire de Rabin reste vivante ».

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Salman Rushdie: un symbole poignardé

Le célèbre écrivain d’origine indienne a subi une agression au couteau à New York. Depuis 33 ans, sa dimension littéraire a été occultée par une vision réductrice d’une œuvre ample et généreuse.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs