Accueil Belgique Politique

Samusocial: le «cynisme» de Pascale Peraïta irrite

Tant l’opposition que la majorité s’indignent des manœuvres de Pascale Peraïta pour revenir à la direction du Samusocial. Une manœuvre qui vise sans doute à l’obtention d’indemnités de départ.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

C’est officiel : vendredi, l’ex-présidente du CPAS de la Ville, Pascale Peraïta, redeviendra directrice du Samusocial. L’information de la RTBF nous a été confirmée par l’avocat de la principale intéressée. « Madame Peraïta est partie en congé sans solde en décembre 2013, explique Quentin Wauters. Elle est devenue administratrice déléguée, ce qui est incompatible avec cette fonction. L’assemblée générale de mardi soir ayant entériné sa démission d’administratrice, elle redevient automatiquement directrice. Et oui, son intention est de revenir. Pour le reste, la balle n’est pas dans notre camp. »

Le conseil refuse de commenter les interprétations de nombreux interlocuteurs, selon lesquels les manœuvres de Pascale Peraïta visent à lui faire toucher des indemnités de départ. Très clairement, l’ex-socialiste n’est plus la bienvenue (ni le Samusocial ni les autorités bruxelloises ne souhaitent son retour). L’ASBL pourrait donc devoir la licencier.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

5 Commentaires

  • Posté par Vigneron Gérard, jeudi 5 octobre 2017, 8:53

    Et la notion de faute grave pr la licencier ne peut pas s' appliquer à cette voleuse des + fragilisés de notre société. Une bonne P$ quoi.

  • Posté par PETIT Robert, mercredi 4 octobre 2017, 23:37

    Le drame : elle s'est présentée comme 'socialiste ', certains l'ont acceptée comme telle (MDR (: - )). Et c'est aussi pourquoi Laurette a préféré s'en aller !

  • Posté par Gratter Poil, mercredi 4 octobre 2017, 19:58

    Est-ce du cynisme ou tout simplement les bonnes pratiques d’un parti socialiste aux abois ?

  • Posté par Christian Radoux, mercredi 4 octobre 2017, 22:42

    Ce sont les moeurs habituelles de la mafia incestueuse P$/franc-maq : arrivisme au détriment des compétences réelles , affairisme sans scrupules et pillage sans vergogne des fonds publics. Comme la boule puante, ou plutôt ici la bombe puante, a explosé et que les élections approchent, il y a officiellement de grandes déclarations vertueuses. Mais, en coulisses, omerta et business as usual ! Et ne comptez pas sur la presse pour en parler. Et pourtant, statistiques valides à 95 % : quand un calotin est pris, c'est la main (ou autre chose que, comme disait Brassens, "rigoureusement ma mère m'a interdit de nommer ici") dans la culotte des gamins; quand un franc-maq est pris, c'est la main dans la tirelire. Point commun : les uns comme les autres prétendent incarner la vertu.

  • Posté par Gerard François, mercredi 4 octobre 2017, 21:00

    Y a-t-il d'autres socialistes (dont je ne suis pas) qui ont agi avec le même cynisme ?

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs