Accueil La Une Culture

Raoul Peck: «Il faut contrer les murs d’ignorance universelle»

En racontant le combat du jeune Karl Marx et de ses amis, Raoul Peck nous met face à l’urgence d’agir en connaissance de cause car le futur sera ce que nous aurons décidé.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 7 min

De Lumumba, mort d’un prophète à I am not your Negro en passant par L’homme sur les quais, où il évoquait son enfance à Port-au-Prince sous la dictature de Duvalier, Raoul Peck a imposé un cinéma de rigueur, aux frontières du documentaire et de la fiction, pour dénoncer le cynisme ambiant, l’exploitation des plus pauvres, le profit aveugle. Journaliste et photographe avant de devenir cinéaste, il reste toujours soucieux de décrire la réalité d’aujourd’hui même à travers le prisme du passé.

De 1995 à 1997, il laisse de côté le cinéma pour rejoindre le gouvernement haïtien en tant que ministre de la Culture. Il démissionnera avec d’autres devant la dérive antidémocratique du président Aristide. Président de la Fémis (École nationale supérieure des métiers de l’image et du son) à Paris depuis 2010, Raoul Peck poursuit sa quête cinématographique, prenant ce moyen d’expression pour faire tomber les murs d’ignorance universelle.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Culture

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs