Dubaï: des loyers en baisse même s’ils restent malgré tout conséquents

© D.R.
© D.R.

Cette activité de construction est encouragée par le gouvernement qui alloue pas moins de 27 % de ses dépenses annuelles aux infrastructures. Parmi les grandes réalisations attendues figure notamment le nouvel aéroport international d’Al Maktoum (le Dubaï International Airport actuel continuera d’exister) qui sera achevé en 2021, une année importante puisqu’elle coïncide avec le moment où la ville sera entièrement durable, et même positive en termes de consommation énergétique.

Visitée par 1 million de visiteurs en 1994, 3 millions en 2000 et 10 millions aujourd’hui, des chiffres assez incroyables pour une ville qui n’a que 47 ans, Dubaï fait face sans broncher à cet afflux massif de touristes et de résidents. Elle compte 16 écoles internationales et la demande résidentielle émane de pas moins de 217 nationalités différentes.

Si l’Emirat est sorti de la crise de 2008, il ne faut pas croire pour autant que le marché résidentiel carbure à tout va. Depuis un an et demi, les derniers chiffres font état d’une stabilisation, voire même d’une légère diminution. Toutefois, les prix semblent repartir aujourd’hui à la hausse, favorisés par plusieurs indicateurs parmi lesquels la baisse du dollar américain (de 6 %) qui rend les propriétés dubaïotes moins chères à l’achat.

Le marché actuel n’inquiète toutefois aucunement les promoteurs du Royal Atlantis. « Notre projet concerne un marché de niche, celui du luxe, et même au plus fort de la crise, le “prime-market” s’est toujours très bien maintenu à Dubaï, assure à ce sujet Taimur Khan, analyste chez Knight Frank. À ce jour, les clients qui nous demandent des informations sur le projet Atlantis émanent de 40 nationalités et les acheteurs potentiels sont en majorité européens. Par ailleurs, le léger déclin actuel doit être accueilli favorablement car il régule le marché. Des hausses et des baisses légères sont toujours meilleures que de grandes variations. La forte hausse que nous avons vécue par le passé n’était pas saine… »

Le marché stagne mais Dubaï reste une ville chère. Pour s’en rendre compte, il suffit de jeter un œil sur les prix des locations, même s’ils sont en baisse, au contraire des transactions qui se portent à merveille en raison de l’accroissement de la population et de la mise sur le marché de nouveaux développements.

Certains spécialistes estiment la baisse des loyers à 3 % pour les appartements et à 2 % pour les villas, là où d’autres sont encore plus pessimistes (7 et 7,5 %). Toutes les zones de la ville sont concernées : Downtown Dubaï (le cœur de la ville), Jumeirah Village Circle mais aussi Palm Jumeirah, l’archipel en forme de palmier où se trouve le projet Atlantis.

Si l’on prend un logement de 100 m2 (qui équivaut à peu de chose près à un appartement 1 chambre à Dubaï), cela nous donne des loyers moyens suivants : 2.750 euros par mois dans Downtown Dubaï, 1.630 euros mensuels à Jumeirah Village Circle, et 2.110 euros mensuels à Palm Jumeirah (2.330 euros il y a un an). « Le nombre élevé de développements qui arrivent sur le marché entraîne un plus grand choix pour les locataires, explique cet autre spécialiste. Plus que jamais, ces derniers déterminent le marché. »

Du coup, de plus en plus de propriétaires n’hésitent plus à faire des efforts pour appâter de nouveaux locataires toujours plus exigeants, ou pour garder précieusement ceux qu’ils ont. On peut ainsi, par exemple, louer pour 13 mois au prix de 12…

On signalera encore qu’à Dubaï, les salaires ne sont pas taxés. Le brut équivaut donc au net, ce qui fait une solide différence et explique les prix pratiqués qui, même s’ils baissent, restent tout de même conséquents. Enfin, lorsque vous louez un bien, on vous demandera quasiment toujours de payer un an de loyer à l’avance.

Quid de l’avenir ? Les avis sont partagés. En 2018, quelque 27.000 nouveaux appartements vont être mis sur le marché, ce qui mettra la location sous pression. Mais avec l’Exposition universelle qui se profile à l’horizon (2020), beaucoup de nouveaux emplois vont être créés, ce qui va intensifier la demande en logements. Les prix pourront donc repartir à la hausse.

On a beau être à Dubaï, une ville à part sur le globe, l’immobilier y joue aussi au yo-yo…

Des locations partout à la baisse

Les loyers sont en baisse dans tous les quartiers de Dubaï.

Voici, à titre indicatif, ceux pratiqués dans les plus importants.

Loyers mensuels pour un appartement de 100 m2

Jumeirah Lake Towers, 2.100 euros

Dubaï Marina, 2.340 euros

Sports City, 1.720 euros

Business Bay, 2.090 euros

Jumeirah Beach Residence, 2.110 euros

Downtown, 2.700 euros

Palm Jumeirah, 2.110 euros

Jumeirah Village Circle, 1.630 euros.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Une maison à Dour.

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Le top 3 des communes wallonnes les moins chères

  • Dans la tour Ekla, du nom de la bière qui fut brassée sur le site en 1958, Inclusio dispose de 20 logements répartis en 3 étages.

    Logements sociaux avec vue

  • d-20160902-G9RLQV 2019-10-16 09:59:27

    Coronavirus: qu’en est-il des loyers?

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La police contrôle les automobilistes sur l’avenue Franklin-Roosevelt à Bruxelles, samedi 28 mars.

    La police bruxelloise a déjà dressé plus de 5.600 P-V administratifs liés aux règles du confinement

  2. Lorsque le patient peine à se souvenir de ses allées et venues, le traceur de contacts lui fait relater par le menu sa routine durant une semaine normale.

    Coronavirus: les traceurs de contacts qui enrayent la progression de la pandémie

  3. Alexandre Ghuysen, urgentiste.

    «J’ai vu une infirmière qui avait le nez à moitié scié par son masque»

La chronique
  • Couvrez ces corps que je ne saurais voir

    Pékin a-t-il sciemment minimisé les effets du Covid-19 sur son territoire ? La rumeur enfle dans les pays occidentaux, singulièrement depuis la diffusion de photos montrant de longues files d’habitants de Wuhan attendant de pouvoir récupérer l’urne funéraire d’un proche décédé. Officiellement, on ne dénombra que 2.500 victimes dans cette ville aussi peuplée que toute la Belgique, qui fut l’épicentre de l’épidémie…

    Dans un premier temps, l’Organisation mondiale de la santé avait salué l’attitude ouverte et volontariste de la Chine, qui tranchait avec la manière dont, en 2003, le pouvoir avait répondu à la crise du Sras, une pneumonie aiguë causée par un autre coronavirus. Le 1er janvier 2020, dans un réflexe atavique, les autorités avaient pourtant commencé par incarcérer le premier lanceur d’alerte de la pandémie, le médecin Li Wenliang – qui a finalement succombé à la maladie…

    Le régime communiste traîne une longue tradition de manque de transparence dans la gestion des catastrophes sanitaires qui se sont déclenchées sur son territoire – et...

    Lire la suite

  • Coronavirus: la conversion des «imbéciles»

    La Conjuration des imbéciles » – « A Confederacy of Dunces » – est un roman de John Kennedy Toole. Epuisé par l’impossibilité de faire publier son livre, l’écrivain se suicide en 1969, à 31 ans. Mais le roman, finalement publié, connaît un immense succès : il sera couronné par le prix Pulitzer et salué comme un des plus grands classiques de la littérature humoristique américaine.

    Le titre est une référence à une citation de l’écrivain Jonathan Swift, mise en épigraphe...

    Lire la suite