Fusillade à Las Vegas: le tireur a laissé une lettre dans sa chambre d’hôtel

©AFP
©AFP

Des photos diffusées mardi de la chambre d’hôtel, depuis laquelle Stephen Paddock a tué 59 personnes à Las Vegas dimanche soir, montrent plusieurs fusils d’assaut, un sol recouvert de douilles, et ce qui semble être un mot laissé sur la table.

Joseph Lombardo, le shérif de Las Vegas, a expliqué mardi que Stephen Paddock avait installé des caméras et des appareils photo, à l’intérieur comme à l’extérieur de sa chambre située au 32e étage du Mandalay Bay. L’un de ces appareils était installé sur un chariot repas dans le couloir, apparemment dans le but de surveiller l’arrivée des forces de l’ordre.

Il ne voulait pas se suicider

La police croit que Stephen Paddock envisageait de s’échapper après avoir commis ces meurtres. Mais ce qui se trouve sur la lettre, le shérif Lombardo ne l’a pas communiqué. Cependant, il a confirmé que le tireur n’avait pas l’intention de se suicider – ce qu’il a finalement fait.

Le shérif a annoncé que son service enquêtait sur la fuite de ces images, diffusées par une chaîne locale de Boston, ainsi que par le magazine allemand Bild.

Une photo montre le corps sans vie du tireur allongé près de deux fusils d’assaut, équipés d’une lunette de visée. Près de son pied, sur une table, se trouve ce qui semble être une lettre écrite à la main.

Toujours pas de motif

Aucun motif ne permet pour l’instant d’établir pourquoi ce retraité de 64 ans, joueur invétéré et sans affiliation politique ou religieuse connue, a tiré pendant environ neuf minutes dimanche soir sur les 22.000 spectateurs du festival de country Route 91 Harvest, a également annoncé le shérif de Las Vegas.

Joseph Lombardo a cependant confirmé que le tireur avait modifié au moins un de ses fusils d’assaut semi-automatiques, pour qu’il fonctionne comme une arme automatique, capable de tirer des centaines de rafales en une minute sans avoir à actionner constamment la détente avec le doigt.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Je veux les élections le 23 décembre prochain, mais avec des bulletins papier
», martèle Martin Fayulu, farouchement opposé à la «
machine à voter
».

    RD Congo: «Les gens savent que le changement c’est Fayulu»

  2. Edition numérique des abonnés

    Guide Michelin: un seul trois étoiles en Belgique, est-ce grave?

  3. FeluyPolice (2)

    Les gilets jaunes: «Nous sommes apolitiques et nous le resterons»

  • France-Belgique: cultiver ce qui nous unit

    C’est une visite pratiquement inédite qu’Emmanuel Macron entame ce lundi en Belgique. Inédite, parce que jamais depuis 1971 un président français n’avait fait une visite d’Etat au Royaume. Et encore, le protocole français considère-t-il la visite qu’avait alors effectuée le président Pompidou auprès du roi Baudouin comme une « simple » visite officielle.

    Au soir de l’élection d’Emmanuel Macron, le 7 mai 2017, le roi Philippe fut tout simplement le premier à proposer une visite d’Etat au...

    Lire la suite