Accueil Monde France

«Fainéants», «costard» et «bordel»: comment Macron se sarkozyse

Le président français a provoqué un tollé en attaquant les salariés de GM&S qui ont tenté de le rencontrer. Ce n’est pas la première fois qu’Emmanuel Macron doit assumer des sorties polémiques.

Article réservé aux abonnés
Cheffe adjointe au service Monde Temps de lecture: 3 min

Y ’en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils peuvent pas avoir des postes là-bas  ». La petite phrase aurait pu passer inaperçue si elle n’avait pas été prononcée par le président de la France en personne. C’est lors d’une visite en Corrèze ce mercredi, sur le campus de l’Ecole d’application aux métiers des travaux publics, qu’Emmanuel Macron lâche le commentaire assassin. Ceux qui «  foutent le bordel  », ce sont les salariés de l’équipementier automobile creusois GM&S qui ont tenté de le rencontrer et qui se sont heurtés à un barrage de gendarmes qui ont fait usage de gaz lacrymogène pour les repousser.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

17 Commentaires

  • Posté par Rebts Jean-Louis, jeudi 5 octobre 2017, 22:09

    Après Trump, Macron; on peut dire que nous sommes gâtés côté couillons...

  • Posté par Bernard Dropsy, jeudi 5 octobre 2017, 21:54

    Chassez le naturel,il revient au galop. les Français en prennent plein les dents. ils se rendent compte qu'ils ont été roulés dans la farine aussi, ça va faire du bruit !!!!!!!!!!!!!!!

  • Posté par Arnould Philippe, jeudi 5 octobre 2017, 21:24

    Bof, les syndicats ne sont pas connus pour avoir un langage fleuri. Il est comique qu'ils soient si outrés parce qu'on a tenu un langage un peu plus dur à leur encontre..

  • Posté par Rebts Jean-Louis, jeudi 5 octobre 2017, 22:11

    Le premier est un homme du peuple, le second, le principal représentant du peuple Français : on doit s'attendre à de la prestance, de la réflexion, un comportement exemplaire.c'est trop demander ?

  • Posté par Lambert Guy, jeudi 5 octobre 2017, 20:08

    A ceux qui pensent que Macron a raison de fustiger ces chômeurs. Ces ch^meurs étaient des travailleurs. Ils n'ont demandé à personne pour être licenciés. Ah oui! On connait ce précepte: Chômeur = paresseux ou comme Macron: fouteur de bordel. C'est si facile de juger ces gens qu'on ne connait pas et comme Macron a décidé qu'ils étaient des fouteurs de merde...

Plus de commentaires

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs