Accueil Belgique Politique

Malades de longue durée: les effets pervers de la réforme De Block

La CSC fournit les premières données relatives à la réforme de Maggie De Block concernant les malades de longue durée. Où l’on voit que l’objectif de réintégration au travail est loin d’être atteint.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Politique Temps de lecture: 3 min

Objectif : stimuler la réintégration des travailleurs malades de longue durée qui ne peuvent exercer, de manière définitive ou temporaire, le travail convenu. Signé Maggie De Block (VLD), mi-2016. L’idée : prévoir un plan de réintégration progressif, adapté (les horaires, le travail à domicile…), élaboré par l’employeur sous le contrôle du médecin du travail, visant à une sorte de retour en douceur sur le marché du travail après une absence de plus de trois mois. Cela, dans le secteur privé.

Où en est-on un an plus tard ? La réforme entreprise par la ministre fédérale des Affaires sociales et de la Santé publique (qui, pour rappel, prévoit deux exceptions : les travailleurs victimes d’un accident du travail et les maladies professionnelles), mise en œuvre concrètement depuis janvier dernier, atteint-elle son but ? Non, selon la CSC.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs