La France garde bon espoir de vendre ses Rafale à la Belgique

© Reporters
© Reporters

La ministre française des Armées Florence Parly a assuré avoir «toujours bon espoir» de convaincre le gouvernement belge d’acheter des avions de combat Rafale, malgré l’hostilité affichée à l’offre française du ministre belge de la Défense, Steven Vandeput.

«J’ai toujours bon espoir et je suis très déterminée, parce que si le ministre de la Défense belge ne s’est en effet pas exprimé en faveur de cette proposition, il a néanmoins indiqué que c’était au gouvernement belge de prendre cette décision», a déclaré Mme Parly sur la radio France inter.

Des concurrents

La Belgique doit acheter 34 nouveaux avions de combat afin de remplacer sa flotte de F-16 américains vieille de 40 ans, un marché estimé à 3,6 milliards d’euros.

Le Rafale du groupe français Dassault est en compétition avec le F-35 de l’américain Lockheed Martin, souvent présenté comme le favori, et le Typhoon du consortium européen Eurofighter.

 
 
 
 
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Il y aura un décumul. Il n’y a personne qui sera bourgmestre et député chez nous, c’est très clair
», explique Olivier Maingain. © Dominique Duchesnes.

    Malgré le décumul, les bourgmestres Défi pourront se présenter aux régionales

  2. Dmitri Rybolovlev aux côtés du prince Albert dans la tribune de l’AS Monaco
: une proximité qui suscite des interrogations. © Reuters.

    Football Leaks: les amitiés suspectes du patron de l’AS Monaco dans la Principauté

  3. Le mot d’ordre des citoyens qui se sont mobilisés
: améliorer le pouvoir d’achat. Avec une pancarte au slogan explicite.

    «Stop aux taxes»: les gilets jaunes ont bloqué la raffinerie de Feluy

  • La vitalité civile, une ressource qu’il ne faut pas négliger

    Alors, Docteur ? Le diagnostic posé par la Fondation Roi Baudouin est sans appel : il n’y a jamais eu autant de collectifs citoyens en action. Près de 250 sont nés durant les deux années 2015-2016 sur lesquelles porte l’étude qu’il a réalisée. L’autre constat est tout autant sans appel : depuis la crise financière de 2008-2009, ce nombre ne cesse de croître. Faut-il s’en inquiéter ?

    Au contraire ! Que voilà une bonne nouvelle. Au sein de la société, des hommes et des femmes...

    Lire la suite