Accueil Économie Mobilité

Comment Ryanair s’organise pour éviter toute action syndicale

Depuis vingt ans, les syndicats n’arrivent pas à s’imposer chez Ryanair. Le personnel, éparpillé en Europe est difficile à joindre et craint de s’affilier. Et les syndicats ne s’accordent pas sur un combat à mener en commun à travers l’Europe.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Economie Temps de lecture: 5 min

Dans une lettre écrite à ses 4.000 pilotes afin de les inciter à rester dans sa bonne compagnie («  un employeur sûr dans un secteur qui ne l’est pas  », le bouillonnant CEO de Ryanair leur demande : «  N ’autorisez pas les pilotes concurrents ou leurs syndicats locaux à dégrader ou à dénigrer notre succès collectif  ». Depuis toujours, la perspective de voir ses pilotes et son personnel de bord se syndicaliser met plus en transe Michael O’Leary que toutes les variations du prix du pétrole. Il a toujours tout fait pour les éviter. Notamment créer des « Comité des représentants des employés » (ERC) cadenassée dans chaque base pour éviter de devoir envisager une représentation du personnel plus structurée.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Mobilité

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs