Accueil Société Régions Bruxelles

Bruxelles: le viaduc Herrmann-Debroux fermé, réunions de crise ce samedi

L’examen de l’ouvrage d’art a révélé des problèmes au niveau de la structure de béton. Le viaduc a été fermé préventivement dans la nuit de vendredi à samedi, et ce pour une durée indéterminée. Gros embarras de circulation en vue.

Temps de lecture: 3 min

Le viaduc Herrmann-Debroux, voie d’accès à Bruxelles à la sortie de la E411, est fermé au trafic depuis la nuit de vendredi à samedi. La décision a été prise ce vendredi soir par l’administration Bruxelles-Mobilité. En cause : des problèmes ont été détectés au niveau de la structure en béton de l’ouvrage d’art.

Une première réunion de crise se tiendra ce samedi à 10 heures à la commune d’Auderghem. Elle réunira Bruxelles-Mobilité, les autorités communales et de police et le cabinet du ministre de la Mobilité, Pascal Smet (SP.A). On y examinera notamment les moyens d’éviter un engorgement total du quartier en début de semaine prochaine.

A ce stade, la fermeture de ce viaduc qui date de 1973 est annoncée « au moins jusqu’à mercredi ». Mais, en coulisses, les acteurs du dossier redoutent une fermeture plus longue. Une réunion aura également lieu avec les sociétés de transports en commun afin d’examiner dans quelle mesure elles peuvent aider à alléger le flot de la circulation. Le gouvernement bruxellois se réunira quant à lui à 14 heures.

A l’origine de cette décision, une inspection de l’ouvrage d’art, menée dans la nuit de jeudi à vendredi, qui a révélé une faiblesse au niveau de la structure en béton., qui risque de poser des problèmes de stabilité et, partant, de sécurité. Dans les prochains jours, une analyse poussée du béton sera menée, qui permettra de déterminer l’ampleur du problème. Cette inspection s’inscrit dans le cadre de l’inspection de tous les ponts, tunnels et viaducs bruxellois.

« Le problème se situe à l’intérieur même de la structure, détaille Camille Thiry, porte-parole de Bruxelles-Mobilité. Le viaduc est réalisé à partir de caissons entre lesquels s’intercalent des piliers à intervalle régulier. C’est au niveau d’un des caissons qu’on a découvert le problème, localisé sur une longueur de dix mètres. C’est sur cette zone que se concentrent les problèmes importants. Mais nous poursuivons nos investigations. On sait que lorsque le béton est dégradé, les structures métalliques sont aussi affectées. A priori, nous avons des garanties pour le reste de l’ouvrage. Mais nous voulons faire des dernières vérifications sur le reste de l’ouvrage. »

Le problème est localisé dans le sens Bruxelles-Namur au-dessus du croisement avec le boulevard du Souverain. Mais pas question de laisser ouvertes les bandes de circulation vers Bruxelles. « C’est la structure qui est affectée, on doit donc tout condamner », insiste Thiry.

Inutile de dire que la fermeture de cette voie d’accès à la capitale (pour les automobilistes venant du Brabant wallon, des provinces de Namur et Luxembourg) risque d’entraîner de très gros problèmes de mobilité. Chaque jour, 45.000 voitures empruntent le viaduc qui est saturé en heure de pointe.

Dans l’immédiat, il est recommandé aux automobilistes qui viennent de l’extérieur de la capitale d’éviter à tout prix de vouloir pénétrer dans Bruxelles via Delta, de poursuivre leur trajet sur le ring et de privilégier l’accès, en venant de la E411, par les Quatre Bras de Tervueren. Pour le trafic à destination du quartier riverain, une déviation est mise en place par la chaussée de Wavre.

Pour sortir de Bruxelles, l’itinéraire emprunte les voies longeant le viaduc, avant de repasser sur le viaduc des Trois Fontaines (face au centre sportif de la Forêt de Soignes) pour rejoindre le carrefour Léonard. Mais là aussi, on conseille d’emprunter une autre sortie de ville, via les Quatre Bras de Tervueren.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

  • Posté par Hermans Francis, samedi 7 octobre 2017, 14:55

    On peut lire dans les journaux que les riverains veulent la démolition de ce viaduc. Ce sont les autorités communales qui sont de cet avis pas nécessairement ceux qui habitent près du viaduc et qui n'ont jamais été consultés sérieusement. Il n'y a jamais eu d'étude d'incidence digne de ce nom, juste une obsession romantique des bourgmestres. Dans un pays sans ambition on barre les routes pour diminuer la pression automobile. Il faudrait plutôt être positif et développer sérieusement les alternatives comme le RER, les prolongements de métro …

  • Posté par Marie Stilmant, samedi 7 octobre 2017, 12:13

    Rappelons que le flamboyant bourgmestre d'Audergem appelle de tous ses vœux la démolition dudit viaduc....Il va être comblé, tout comme les navetteurs, les habitants des rues adjacentes, etc. Et surtout, les zonings des deux Brabant si proches qui accueilleront les entreprises lassées de ne plus avoir , ou à peine, accès à la capitale. Jmd

  • Posté par Stampe Jérôme, samedi 7 octobre 2017, 10:03

    Fort heureusement, il y a des alternatives à l'automobile, comme le RER...

  • Posté par Santopinto Manfredo, samedi 7 octobre 2017, 13:41

    Jérôme faisait de l’humour et nous faisait justement remarquer qu’il n’y a point d’alternative.

  • Posté par Van Obberghen Paul, samedi 7 octobre 2017, 13:06

    RER? Quel RER?

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Bruxelles

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Lesoir Immo Voir les articles de Lesoir Immo