Un attentat déjoué en 2016 à New York grâce à un agent infiltré du FBI

Opération du FBI après la fusillade à Las Vegas ©Photonews
Opération du FBI après la fusillade à Las Vegas ©Photonews

Un attentat djihadiste visant Times Square et le métro new-yorkais, sur le modèle des attentats de Paris et Bruxelles: c’est que le procureur de New York a révélé vendredi avoir déjoué à l’été 2016, grâce à l’intervention d’un agent infiltré du FBI.

L’attentat avait été planifié par deux jeunes hommes de 19 ans, un Canadien nommé Abdulrahman El Bahnasawy, et un Américain résidant au Pakistan, Talha Haroon. Il devait se dérouler «durant le ramadan», entre début juin et début juillet 2016, selon un communiqué du procureur de Manhattan.

Mais un agent de la police fédérale (FBI), se présentant comme un adepte du groupe Etat islamique (EI), s’est immiscé dans leurs échanges via smartphones et a suivi leurs préparatifs: de l’achat d’explosifs de type TATP au Canada par El Bahnasawy jusqu’à son arrivée aux Etats-Unis en mai 2016, en passant par l’identification de lignes de métro à cibler, selon ce communiqué. Dans ses échanges avec l’agent du FBI, le Canadien aurait affirmé vouloir «tuer beaucoup de monde» et attaquer aussi des concerts. «On entre avec nos armes à la main, c’est comme ça que les types de Paris ont fait», aurait-il dit, en allusion aux attentats de Paris de novembre 2015.

Trois hommes arrêtés

Talha Haroon aurait prévu d’arriver aux Etats-Unis au dernier moment pour aider à perpétrer les attentats. Dans ses échanges avec l’agent, il aurait qualifié le métro de «cible parfaite» et aurait affirmé vouloir «tuer le plus de passagers possibles», comme lors des attentats de Bruxelles du 22 mars 2016.

El Bahnasawy a été arrêté par le FBI le 21 mai 2016 à Cranford (New Jersey), à 30 km au sud-ouest de New York. Il a plaidé coupable en octobre de cette année-là de sept chefs d’accusation, dont trois --conspirations pour utiliser des armes de destruction massive, commettre un acte de terrorisme dépassant les frontières nationales et poser une bombe dans un lieu public et des transports publics-- pourraient lui valoir la prison à perpétuité. Il devrait connaître sa sentence le 12 décembre.

Haroon, inculpé de cinq chefs d’accusation, a été arrêté au Pakistan en septembre 2016. Les Etats-Unis espèrent son extradition prochaine. Il risque aussi la perpétuité.

Un troisième homme, Russell Salic, Philippin de 37 ans, a été arrêté aux Philippines en avril et attend aussi son extradition. Il aurait aidé à financer les projets d’attentats, en envoyant un peu plus de 400 dollars pour l’achat de munitions et d’explosifs.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chaque jour, un «
prix maximum autorisé
» est un plafond, propre à la Belgique, que les enseignes n’ont pas le droit de dépasser. Il est calculé et communiqué chaque jour ouvrable par le SPF Economie.

    Carburant: pourquoi les prix varient-ils d’une station à l’autre?

  2. Des missiles balistiques intercontinentaux RS-24 défilent sur la Place Rouge, à Moscou, le 7 mai 2019.

    Faut-il craindre les «supermissiles» de Vladimir Poutine?

  3. L’expédition commence place Dumon, à Wolume-Saint-Pierre, avec le tram 39 – un vieux modèle.

    Le tour de Bruxelles en mobilité partagée: «Le Soir» a tenté l’expérience

La chronique
  • Vous avez de ces mots: {L’Ardenne} ou {les Ardennes}?

    Morphologie et géographie

    Un billet de cette chronique a fait le point récemment sur les marques du nombre dans les noms propres. Si la règle générale prône l’invariabilité, elle connaît de nombreuses exceptions, y compris dans des noms de pays ou de régions. Depuis longtemps, le pluriel s’est imposé dans les Amériques, les Antilles ou les Pouilles  ; à date plus récente sont apparus les deux Congos, les deux Corées, les deux Vietnams. Peut-être sera-t-il question demain des deux Belgiques.

    Vu l’abondance de matière, d’autres toponymes ont été prudemment mis en réserve… en attendant que le loup sorte du bois. Cela vient de se produire le week-end dernier dans le magazine Sosoir, compagnon de votre quotidien...

    Lire la suite

  • Climat: rien n’est fait. Tout reste à prouver

    On en sait qui feront les comptes : 75 à 95.000 début décembre 2018, 75.000 fin janvier 2019, 15 à 20.000 en septembre 2019. Et qui en tireront des conclusions sur un essoufflement du mouvement climatique en Belgique. Plus aisé à faire – mais totalement réducteur – que de se frotter au monde complexe, emporté, contradictoire, désespéré parfois de la mobilisation climatique aujourd’hui.

    Depuis près d’un an, et pas seulement à Bruxelles, des centaines de milliers de personnes ont défilé pour...

    Lire la suite