Un attentat déjoué en 2016 à New York grâce à un agent infiltré du FBI

Opération du FBI après la fusillade à Las Vegas ©Photonews
Opération du FBI après la fusillade à Las Vegas ©Photonews

Un attentat djihadiste visant Times Square et le métro new-yorkais, sur le modèle des attentats de Paris et Bruxelles: c’est que le procureur de New York a révélé vendredi avoir déjoué à l’été 2016, grâce à l’intervention d’un agent infiltré du FBI.

L’attentat avait été planifié par deux jeunes hommes de 19 ans, un Canadien nommé Abdulrahman El Bahnasawy, et un Américain résidant au Pakistan, Talha Haroon. Il devait se dérouler «durant le ramadan», entre début juin et début juillet 2016, selon un communiqué du procureur de Manhattan.

Mais un agent de la police fédérale (FBI), se présentant comme un adepte du groupe Etat islamique (EI), s’est immiscé dans leurs échanges via smartphones et a suivi leurs préparatifs: de l’achat d’explosifs de type TATP au Canada par El Bahnasawy jusqu’à son arrivée aux Etats-Unis en mai 2016, en passant par l’identification de lignes de métro à cibler, selon ce communiqué. Dans ses échanges avec l’agent du FBI, le Canadien aurait affirmé vouloir «tuer beaucoup de monde» et attaquer aussi des concerts. «On entre avec nos armes à la main, c’est comme ça que les types de Paris ont fait», aurait-il dit, en allusion aux attentats de Paris de novembre 2015.

Trois hommes arrêtés

Talha Haroon aurait prévu d’arriver aux Etats-Unis au dernier moment pour aider à perpétrer les attentats. Dans ses échanges avec l’agent, il aurait qualifié le métro de «cible parfaite» et aurait affirmé vouloir «tuer le plus de passagers possibles», comme lors des attentats de Bruxelles du 22 mars 2016.

El Bahnasawy a été arrêté par le FBI le 21 mai 2016 à Cranford (New Jersey), à 30 km au sud-ouest de New York. Il a plaidé coupable en octobre de cette année-là de sept chefs d’accusation, dont trois --conspirations pour utiliser des armes de destruction massive, commettre un acte de terrorisme dépassant les frontières nationales et poser une bombe dans un lieu public et des transports publics-- pourraient lui valoir la prison à perpétuité. Il devrait connaître sa sentence le 12 décembre.

Haroon, inculpé de cinq chefs d’accusation, a été arrêté au Pakistan en septembre 2016. Les Etats-Unis espèrent son extradition prochaine. Il risque aussi la perpétuité.

Un troisième homme, Russell Salic, Philippin de 37 ans, a été arrêté aux Philippines en avril et attend aussi son extradition. Il aurait aidé à financer les projets d’attentats, en envoyant un peu plus de 400 dollars pour l’achat de munitions et d’explosifs.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise un gouvernement bruxellois en pré-campagne électorale

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite