Nina Derwael et Rune Hermans écrivent l’histoire aux Mondiaux de gymnastique

Nina Derwael ©AFP
Nina Derwael ©AFP

La gymnastique belge a connu son jour de gloire, ce vendredi, à Montréal. En terminant respectivement 8e et 11e de la finale du concours général, Nina Derwael et Rune Hermans ont obtenu le meilleur résultat jamais obtenu par une gymnaste noir-jaune-rouge à ce niveau.

Derwael, 17 ans, qui avait fini 19e l’an dernier aux Jeux de Rio et est la championne d’Europe en titre aux barres asymétriques, a obtenu une note totale de 53.498. Hermans, 18 ans, qui faisait également partie de l’équipe belge aux derniers JO, et qui avait fini 19e aux Mondiaux de Glasgow 2015, a décroché un total de 52.299.

Originaire de Saint-Trond, Nina Derwael, qui était en tête du concours après la première rotation grâce à une note de 14.966 aux barres asymétriques, une égalisation de son record personnel et la meilleure de toutes les finalistes « all-around », aurait sans doute fini plus haut si elle n’avait chuté ensuite à la poutre lors de sa première série acrobatique, une erreur qu’elle allait compenser en fin d’exercice mais qui lui a quand même coûté cher (11.633). Elle s’est ensuite reprise au sol avec une note de 13.366, la meilleure de sa saison avec deux doubles saltos arrière carpé et groupé, puis au saut avec 13.533 grâce à un Yurchenko avec vrille.

La Louvaniste Rune Hermans, elle, a récolté 13.300 au saut, 13.900 aux barres asymétriques, 13.066 au sol et 12.033 à la poutre, où elle a connu de gros déséquilibres.

Le podium est dominé par l’Américaine née en Chine Morgan Hurd, âgée de 16 ans. La petite gymnaste aux lunettes a récolté un total de 55.232 points, devant la Canadienne Elisabeth Black qui a pris l’argent (55.132) et la Russe Elena Eremina (54.799).

Nina Derwael aura l’occasion de compléter son remarquable résultat au général par un autre, ce samedi, lors de la finale par agrès où elle figure parmi les 8 qualifiées aux barres asymétriques. En qualifications, elle avait réussi le quatrième total avec 14.966 et sera clairement l’une des candidates au podium.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Chan Bao - nom d’emprunt -, infirmière à Wuhan, a dû être hospitalisée d’urgence
: «
Pour la première fois, j’ai pensé que je pourrais mourir
».

    A Wuhan, le coronavirus décime le personnel soignant: «Mon étage est rempli de mes collègues»

  2. Aucune destination européenne n’a été placée sous un avis négatif du SPF Affaires étrangères. Autrement dit, pas question en l’état d’obtenir l’annulation et le remboursement du voyage qui avait été préalablement réservé.

    Italie, Espagne, Chine...: puis-je annuler mon voyage à cause du coronavirus?

  3. L’église Saint-Henri, à Woluwe-Saint-Lambert, doit faire l’objet d’une rénovation lourde, dont coût six millions.

    La Région bruxelloise met les églises à la diète

La chronique
  • Le destin tourmenté d’un ministre de la Culture en Flandre

    Depuis des années, la chanson « Mia » de Gorki, groupe de rock flamand néerlandophone, formé à Gand en 1989, se trouve au sommet des tops 1000 en Flandre. La chanson décrit, selon certains, l’ambiance véritable de la Flandre profonde avec les mots : « De middenstand regeert het land, beter dan ooit tevoren, Mia heeft het licht gezien, ze zegt, niemand gaat verloren » (« La classe moyenne gouverne le pays, mieux que jamais, Mia a vu le jour, elle dit que personne ne perdra »). Le chanteur du groupe, Luc De Vos, est retrouvé mort en octobre 2014 dans son appartement de travail, à Gand où il résidait. Dès 2007, les prix de récompenses musicales en Flandre ont été rebaptisés MIA, Music Industry Awards, un clin d’œil au tube de Gorki. Et c’est pendant la cérémonie de ces MIA que Jan Jambon, le ministre-président de la Flandre, mais également ministre de la Culture,...

    Lire la suite

  • Brexit, Saison 2 ou le retour du spectre du «no deal»

    L’aurait-on oublié qu’il ne serait pas inutile de se rappeler que la saga du Brexit est loin d’être une affaire close. Si le Royaume-Uni n’est bel et bien plus membre de l’Union européenne depuis le 31 janvier à minuit, ce n’est pas la fin de l’histoire. Dès lundi prochain s’engagera une négociation autrement plus difficile que le règlement du divorce : la tentative de s’accorder sur les modalités de la future relation entre Londres et l’UE avec, au cœur, un accord commercial. Et le moins que l’on puisse écrire au moment où les deux...

    Lire la suite