Les travaux ont débuté

Jan Jambon précise quelques éléments. « Une solution pour les pièces à conviction est prévue dans les prochaines années. Les travaux ont commencé avec, notamment, la démolition d’un hangar. Quant à l’analyse de la nocivité des champignons, les travaux de prélèvement des échantillons ont eu lieu le 29 juin 2017. Suite à la mise en culture, le rapport d’analyse, daté du 1er août 2017, mentionne que le degré de contamination n’est pas alarmant et qu’il n’y a pas de raison de maintenir les restrictions d’accès moyennant certaines mesures préventives telles que le port d’un masque. Le risque pour la santé n’existe pas si les mesures basiques de protection sont prises. »

Il semblerait aussi que tous les locaux du palais ne soient pas affectés par la moisissure. « Idem pour les pièces à conviction, poursuit le ministre. Seuls les emballages semblent contaminés. Les foyers de contamination sont peu étendus et affectent certaines pièces plus que d’autres. En effet, certaines pièces sont contaminées alors que d’autres à proximité ne le sont pas. Le contenu a toujours été mis en cause beaucoup plus que l’environnement. »

 
 
À la Une du Soir.be

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous