Charleroi: la Cité des métiers dispose enfin des fonds nécessaires à son avènement

Dans cet article
Le site de l’UT (bâtiment Roullier), futur campus «
sciences, arts et métiers
», abritera 45.000 m
2
 dédiés notamment à la formation professionnelle, pour 10.000 m
2
 sur le site des Aumôniers, à côté de Ville 2. © D.R.
Le site de l’UT (bâtiment Roullier), futur campus « sciences, arts et métiers », abritera 45.000 m 2 dédiés notamment à la formation professionnelle, pour 10.000 m 2 sur le site des Aumôniers, à côté de Ville 2. © D.R. - D.R.

A vec le conclave budgétaire de la Communauté française, la semaine passée, notre budget est bouclé, annonce Philippe Charlier, président de l’ASBL Cité des Métiers. L’enveloppe complémentaire de 9,5 millions nous a été accordée. »

Le dernier obstacle financier vers un projet aussi novateur qu’ambitieux est levé. Imaginez ! Deux sites de formation dédiés aux métiers industriels et manuels, où pourront se former les élèves de l’enseignement technique et professionnel, de l’enseignement supérieur technique et de la promotion sociale. Un site également qui concentrera également les acteurs de l’orientation scolaire et professionnel, depuis l’enseignement obligatoire jusqu’au monde du travail, avec le Centre PMS ou encore Forem Formation. On y apprendra la construction, la mécanique, l’hydraulique et la pneumatique, l’électronique avec des spécialisations en domotique, la soudure, etc. Un savoir-faire qui a contribué autrefois à la réputation de l’industrie carolo.

L’idée est née en 2008, dans la foulée de la création du bassin scolaire carolo, fortement appuyé par l’ensemble des représentants, des partis et des partenaires sociaux représentés au sein du Comité de Développement Stratégique. « On avait constaté une pénurie de main-d’œuvre dans les filières scolaires qui offraient des perspectives d’emploi, se souvient Eric Van Sevenant, vice-président de l’ASBL et alors président du Comité subtégional pour l’emploi. L’offre d’enseignement existe mais elle n’est pas suffisamment fréquentée. Et seulement 37 % des gens qui entrent dans l’enseignement qualifiant, en sortent diplômés. » Et tout cela dans une région où près d’un demandeur d’emploi sur deux est faiblement qualifié.

Regroupements

L’idée est ainsi née de regrouper sur un même site les différents opérateurs de formation, à commencer par l’Université du Travail et les Aumôniers du Travail, sans oublier l’Ifapme et Forem Formation. Bref, ce sont les acteurs publics de la formation et les trois réseaux d’enseignement (libre, province, communauté française) qui ont choisi de collaborer et de grouper leurs moyens pour que ce projet puisse voir le jour. Avec, au passage, la mise à disposition des bâtiments Roullier (UT) et des Aumôniers du Travail pour réunir les 55.000 m2 qui seront entièrement rénovés.

Cette collaboration était nécessaire également pour monter le plan financier. En effet, seuls les pouvoirs organisateurs des deux établissements scolaires sont reconnus par la Communauté française (le fonds des bâtiments scolaires) pour octroyer un financement pour partie sous la forme de subside et pour l’autre, via un emprunt dont les annuités seront remboursées par la Communauté, explique le président de l’ASBL porteuse du projet.

« Nous avons construit le projet de façon itérative, en dialoguant avec les différents acteurs et futurs utilisateurs de la Cité des Métiers », souligne Eric Van Sevenant pour justifier l’écart entre le budget initial (30,6 millions) et l’enveloppe finale, majorée de 13 millions supplémentaires. « Au final, la rénovation revient à 800 euros par m2, ce qui est 30 % de moins que si on avait dû reconstruire des bâtiments », insiste Philippe Charlier.

Désormais, le projet doit passer à la vitesse supérieure : permis dès l’an prochain, démarrage du chantier à l’automne de cette même année et fin des travaux en 2022.

150.000 visiteurs par an

Par Pascal Lorent

Budget. Le budget final alloué à la Cité des Métiers carolo se chiffre à 43,6 millions d’euros. La Région wallonne, via le Forem, contribue à hauteur de 8,375 millions. La Communauté française, principalement par l’entremise du Fonds des bâtiments scolaires, apporte la majeure partie du financement.

Surface. La Cité des Métiers se partagera entre le site de l’Université du Travail où les 45.000 m2 du bâtiment Roullier accueilleront le projet, et celui des Aumôniers du Travail (10.000 m2, dédiés notamment à la domotique).

Fréquentation. Les deux implantations devraient accueillir quelque 150.000 visiteurs uniques par an. A commencer par les 3.000 élèves et étudiants des quatre principales écoles techniques et professionnelles de Charleroi, de Forem Formation et de l’enseignement de promotion sociale. Mais à terme, d’autres écoles sur le point de réinvestir dans de l’équipement, trouveront plus intéressant de fréquenter ce lieu où les outils sont mutualisés. Quelque 800 formateurs, professeurs, conseillers et employés fréquenteront également les sites.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Diego Aquilina.

    Menaces, duperies, cupidité: la face cachée d’Integrale

  2. Mercredi soir, Sabine Laruelle et Patrick Dewael ont été chargés d’une mission royale, un an et 63 jours après la chute du gouvernement Michel, 269 jours après les élections. Et l’on ne voit toujours rien venir... 
© Belga.

    Former un gouvernement. Comment font-ils ailleurs?

  3. «
La Monnaie 
! C’est ici que j’ai découvert mes premiers spectacles quand j’étais ado que mes parents m’emmenaient voir. Son directeur Peter de Caluwe y a fait venir «
Vessel
» sans l’avoir vu. Et il y a dix ans, on y créait «
Babel
» avec Larbi. Enfin, c’est quand même ici que la Belgique a surgi
: une révolution commencée par les arts
! Et c’est aujourd’hui la seule institution fédérale qui connecte encore notre Belgique divisée».

    Les racines élémentaires de Damien Jalet: «Madonna m’a aidé à vivre. J’avais 11 ans, j’étais fou de son énergie»

La chronique
  • Répondre au populisme?

    Ce début du XXIe siècle est marqué en Occident par le retour du populisme. Trump aux Etats-Unis, Bolsonaro au Brésil, Salvini en Italie, Orban en Hongrie, le Vlaams Belang en Belgique…, la liste est longue de ces leaders ou partis qui en appellent à la souveraineté du peuple pour s’affranchir des règles et des institutions, promouvoir un projet qui se dégage des cadres et des valeurs de l’Etat de droit. Ce constat soulève régulièrement une double question : faut-il discuter avec ceux et celles qui défendent un projet dangereux pour la démocratie ? Si oui, quelle stratégie adopter pour contrer un discours qui connaît un succès certain, parce qu’il vise cette part sombre que nous avons chacun en nous ?

    Faut-il répondre au populisme ?

    Faut-il débattre avec les populistes ? En Belgique, cette question se traduit ces derniers temps par « faut-il débattre avec l’extrême droite »...

    Lire la suite

  • Et si on mettait le cap sur Broadway?

    Il y a deux façons de considérer la communication avec les autres : avec le souci de les tirer vers le bas ou avec la volonté de les porter vers le haut.

    La première option est évidemment la plus facile. C’est celle adoptée, sauf bonne surprise de dernière minute, par certains groupes carnavaliers d’Alost soutenus par leurs autorités locales. Ce dimanche, cette petite ville ne sera pas regardée comme un de ces lieux si typiquement belges où l’on fait défiler des chars et des déguisements dans la...

    Lire la suite