Pour ses 40 ans, RTC fait peau neuve

Dans cet article
Philippe Malburny, Jean-Christophe Péterkenne et Philippe Miest, le trio à la tête de RTC Télé Liège. © Michel Tonneau.
Philippe Malburny, Jean-Christophe Péterkenne et Philippe Miest, le trio à la tête de RTC Télé Liège. © Michel Tonneau. - Michel Tonneau.

Dès ce lundi matin, c’est une nouvelle RTC Télé Liège qui se dévoile à ses 126.000 téléspectateurs quotidiens (sondage de 2014). Dès 6 h, la télévision locale diffusera le décrochage liégeois de Vivacité. L’émission radio « Liège Matin » sera filmée et retransmise sur RTC ainsi que sur TéléVesdre. À midi et le soir, les téléspectateurs découvriront le journal enregistré dans un nouveau studio, un vaste espace lumineux de 190 m2 qui remplace l’ancienne boîte à souliers de 40 m2.

« Avec ce nouvel outil, nous allons pouvoir varier les angles et les habillages de couleur suivant les émissions », explique Philippe Miest, le directeur de la chaîne. « Nous ne sommes plus obligés de recourir au traditionnel face-à-face dès que nous avons un invité. Nous pouvons intégrer jusqu’à huit personnes autour de la table triangulaire et, si besoin est, ajouter d’autres dispositifs pour accueillir davantage d’invités, lors des élections par exemple », explique Philippe Malburny, rédacteur en chef.

Le nouveau tandem Miest-Malburny a remodelé la grille des programmes avec la collaboration des équipes. « Chaque jour a son émission thématique », explique Philippe Malburny. Le lundi, deux émissions pour les jeunes autour des mangas et des jeux vidéo en alternance avec « Ça part en live », une captation de concert dans un lieu insolite, imaginée par Manu Champagne ainsi que « Vu du ciel ». Il s’agit d’une promenade aérienne, filmée grâce à un drone, pour mettre en évidence le patrimoine et les richesses des 55 communes (une à la fois) de la zone couverte par RTC, soit les arrondissements de Liège-Huy-Waremme. Une émission réalisée par Eric Ortmans et François Boutay.

Jeunes et ados

Le mardi est centré sur les jeunes avec un rendez-vous où des ados testent des métiers ou des lieux insolites. Le mercredi est plus familial avec « Saveurs de chez nous ». Jeudi, une émission de fitness et le magazine « Culture L » où la journaliste François Boniver part à la rencontre des artistes et lieux culturels. Le vendredi, « Actu L », un magazine d’actualité présenté par Philippe Malburny et des chroniqueurs de la RTBF et de La Meuse. Enfin, le week-end est dédié aux émissions sportives. Rappelons que nombre d’émissions tournent en boucle, la chaîne émettant 24 h/24.

Au total, la télévision locale a investi plus de 250.000 euros dans ce plan de relance. « Nos finances sont saines, il fallait dépasser le côté ronron et diversifier tant le ton que les sujets pour combler un déficit d’image auprès des jeunes », déclare Jean-Christophe Péterkenne, le président de RTC Télé Liège qui fête ses quarante ans d’existence. La télévision a engagé un journaliste supplémentaire et transformé un poste administratif en poste technique de manière à recruter un monteur pour améliorer la qualité des productions.

Ces développements ne sont pas les derniers. RTC pourrait intensifier les synergies avec la RTBF et peut-être aussi déménager. « Nous avons reçu des propositions, sourit Jean-Christophe Péterkenne. Le dossier est ouvert mais rien n’est décidé pour l’instant. »

Visite des studios

Ce dimanche 8 octobre, de 10 à 17h, le public aura accès aux locaux de RTC Télé Liège et pourra découvrir la rédaction, les régies et salles de montage ainsi que le nouveau grand studio construit sur un plateau de 190 m2. La visite sera guidée par le personnel de RTC (30 salariés) et ponctuée d’une dégustation de la « Zapette », une bière spécialement brassée pour le 40e  anniversaire. Tout au long de la journée, une navette de bus gratuite sera organisée entre Hazinelle, les Guillemins et les locaux de RTC situés rue du Laveu, 58.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06776267

    Malgré la culpabilité de Weinstein, le procès emblématique post-#MeToo s’achève en demi-teinte

  2. A Codogno en état de siège, les pharmacies, supermarchés et boulangeries sont pris d’assaut.

    Coronavirus: l’Italie du Nord à la recherche du «patient zéro»

  3. François Fillon et son épouse Penelope - ici, en décembre dernier -, risqent jusqu’à dix ans de prison.

    Face aux juges, François et Penelope Fillon risquent gros

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite