GP du Japon: Vandoorne s’élancera en 9e position devant Räikkönen et Alonso

GP du Japon: Vandoorne s’élancera en 9e position devant Räikkönen et Alonso
AFP

Auteur du onzième temps des qualifications, Stoffel Vandoorne (McLaren-Honda) s’élancera – suite aux pénalités infligées à Kimi Räikkönen et à son équipier Fernando Alonso – de la neuvième position, dimanche, au Grand Prix du Japon. Le pilote belge aurait peut-être même pu obtenir une meilleure position sur la ligne de départ, mais il a été dépassé par Alonso dans les derniers instants de la deuxième phase des qualifications (Q2). « C’était une très bonne session pour moi. Ne pas passer en Q3 n’est pas si grave, car cela signifie que je peux commencer la course avec de nouveaux pneus », a relativisé Vandoorne.

« Partir de la neuvième place est convenable. Et, avec de nouveaux pneus, ce devrait être une bonne journée. »

La session de vendredi a été perturbée par la pluie. Les pilotes n’ont pas pu effectuer un grand nombre de tours sur le circuit de Suzuka. « C’est la même chose pour tout le monde, mais nous sommes généralement assez forts pour déterminer ce que les pneus vont faire, combien de temps ils dureront et comment les gérer efficacement. Nous allons certainement en tirer profit demain », pense Vandoorne.

Quant à la stratégie, « il semble difficile de décider entre un ou deux arrêts. Nous allons donc essayer d’utiliser cela à notre avantage. Nous ne sommes pas en mauvaise position, nous pouvons nous battre. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • afp

    Par DOMINIQUE DRICOT

    MotoGP

    MotoGP: Marc Marquez et Honda dans la tourmente

  • Après le volant qui tourne à gauche et à droite, Lewis Hamilton a expérimenté celui qui va d’avant en arrière...

    Par THIERRY WILMOTTE

    Formule 1

    Formule 1: «nouvelle direction» chez Mercedes

  • Rien de neuf sous le soleil de Barcelone ? Mercredi en tout cas, Hamilton s’est montré le plus rapide lors des premiers « essais hivernaux ».

    Par Thierry Wilmotte

    Formule 1

    Formule 1: une dernière saison qui pourra rimer avec pognon

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le temple lama à Pékin, aujourd’hui fermé pour cause d’épidémie.

    Coronavirus: l’épidémie fait tomber la Chine de son piédestal

  2. PHOTONEWS_10856380-028

    Harvey Weinstein coupable d’agression sexuelle et de viol: #MeToo, les stars et les gueux

  3. d-20191114-3X702V 2019-11-14 15:46:45

    La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Alost, où le permis de rire rivalise avec la banalisation

    Alost a donc fait de la résistance, les carnavaliers et beaucoup d’Alostois revendiquant le « droit de rire de tout » après s’être placée sous la loupe mondiale en raison des caricatures antisémites admises lors de son carnaval de 2019. Ce dimanche, le trait a encore été forcé. Les personnages contestés de l’an dernier ont été réinjectés dans d’autres scénarisations. La figure séculaire du Juif avare, spéculateur, manipulateur, a encore été amplifiée en raison de la mise en cause universelle de ce sens de l’humour alostois...

    Lire la suite