Martinez après Bosnie-Belgique (3-4): «Une mentalité de vainqueur sur un terrain impraticable»

Dans cet article
Martinez après Bosnie-Belgique (3-4): «Une mentalité de vainqueur sur un terrain impraticable»
Belga

Avec une victoire 3-4 acquise en Bosnie-Herzégovine au terme d’un match disputé dans des circonstances compliquées, les Diables Rouges ont réalisé ce qu’ils devaient faire en vue du tirage au sort du Mondial prévu le 1er décembre à Moscou.

« Le terrain était très mauvais, il fallait adopter la bonne attitude. Nous avons bien commencé la rencontre mais cela s’est compliqué après la blessure de Marouane Fellaini. Mais nous avons ensuite fait preuve de beaucoup de caractère, nous ne voulions pas perdre », a raconté le Catalan après la rencontre.

C’est la deuxième fois en autant de rencontres que Martinez souligne la mentalité positive de ses ouailles. Début septembre en Grèce, il s’était montré ravi de la réaction de ses joueurs après le but adverse. « Nous jouons avec les bonnes intentions, nous voulons toujours gagner. Tout le monde a tiré dans le même sens et personne ne voulait mettre son coéquipier dans une posture délicate. Nous sommes devenus une équipe qui gagne et la Russie constituera une magnifique occasion de prouver l’étendue du talent de ce groupe. »

Cependant, la défense a encaissé à trois reprises. « Il y a un goal sur phase arrêtée et un autre sur une erreur individuelle », a nuancé le sélectionneur. « Il ne faut pas remettre en cause le système après cette rencontre. Le terrain était très mauvais, il s’agissait donc d’un match qui allait se jouer au caractère. »

Martinez est ensuite revenu sur la blessure de Fellaini, remplacé par Leander Dendoncker. « Marouane a ressenti quelque chose et nous sommes inquiets. Il s’agit peut-être d’un problème aux ligaments du genou, nous y verrons plus clair après les examens médicaux », a-t-il ajouté, tout en soulignant l’apport de Dendoncker. « Il a été fort à la récupération, comme Fellaini peut l’être. Il s’est bien entraîné toute la semaine et c’était un bon test pour lui », a ponctué Martinez.

Martinez après Bosnie-Belgique (3-4): «Une mentalité de vainqueur sur un terrain impraticable»

Martinez après Bosnie-Belgique (3-4): «Une mentalité de vainqueur sur un terrain impraticable»
Belga

Avec une victoire 3-4 acquise en Bosnie-Herzégovine au terme d’un match disputé dans des circonstances compliquées, les Diables Rouges ont réalisé ce qu’ils devaient faire en vue du tirage au sort du Mondial prévu le 1er décembre à Moscou.

« Le terrain était très mauvais, il fallait adopter la bonne attitude. Nous avons bien commencé la rencontre mais cela s’est compliqué après la blessure de Marouane Fellaini. Mais nous avons ensuite fait preuve de beaucoup de caractère, nous ne voulions pas perdre », a raconté le Catalan après la rencontre.

C’est la deuxième fois en autant de rencontres que Martinez souligne la mentalité positive de ses ouailles. Début septembre en Grèce, il s’était montré ravi de la réaction de ses joueurs après le but adverse. « Nous jouons avec les bonnes intentions, nous voulons toujours gagner. Tout le monde a tiré dans le même sens et personne ne voulait mettre son coéquipier dans une posture délicate. Nous sommes devenus une équipe qui gagne et la Russie constituera une magnifique occasion de prouver l’étendue du talent de ce groupe. »

Cependant, la défense a encaissé à trois reprises. « Il y a un goal sur phase arrêtée et un autre sur une erreur individuelle », a nuancé le sélectionneur. « Il ne faut pas remettre en cause le système après cette rencontre. Le terrain était très mauvais, il s’agissait donc d’un match qui allait se jouer au caractère. »

Martinez est ensuite revenu sur la blessure de Fellaini, remplacé par Leander Dendoncker. « Marouane a ressenti quelque chose et nous sommes inquiets. Il s’agit peut-être d’un problème aux ligaments du genou, nous y verrons plus clair après les examens médicaux », a-t-il ajouté, tout en soulignant l’apport de Dendoncker. « Il a été fort à la récupération, comme Fellaini peut l’être. Il s’est bien entraîné toute la semaine et c’était un bon test pour lui », a ponctué Martinez.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite