Nina Derwael décroche le bronze aux barres asymétriques aux Mondiaux

Nina Derwael décroche le bronze aux barres asymétriques aux Mondiaux
AFP

Moins de 24 heures après avoir terminé 8e du concours général des Mondiaux de gymnastique, Nina Derwael a frappé encore plus fort, ce samedi, à Montréal. A 17 ans, celle qui avait déjà été sacrée championne d’Europe aux barres asymétriques à Cluj-Napoca (Roumanie), en avril, a décroché le bronze à son agrès de prédilection en améliorant une nouvelle fois son record personnel pour le fixer à 15.033. Tant lors des qualifications, où elle avait fini 4e, que lors du concours « all around », elle avait obtenu la note de 14.966.

Derwael, qui avait pris la tête du concours où elle passait en deuxième position, n’a laissé passer devant elle que la Chinoise Fan Yilin (15.166), qui était l’un des quatre (!) tenantes du titre, et la Russe Elena Eremina (15.100).

La médaille de bronze de Nina Derwael, qui avait déjà obtenu, l’an dernier, le meilleur résultat belge aux Jeux olympiques en terminant 19e du concours général à Rio, est forcément historique. Jamais, en effet, une gymnaste féminine belge n’avait atteint une finale par agrès lors des Mondiaux, et a fortiori n’avait remporté une médaille. Seul Donna-Donny Truyens, en 2010 à Rotterdam, avait atteint une finale par agrès à ce niveau en terminant 7e au cheval d’arçons.

« Un sentiment indescriptible ! »

« Comment je me sens? C’est un sentiment indescriptible !, a déclaré Nina Derwael au micro de Sporza immédiatement après la compétition.Je suis super contente! Je rêvais de ceci depuis que je suis enfant. J'étais assez nerveuse depuis ce matin et je suis heureuse d'avoir pu garder mon stress sous contrôle. Mon exercice s'est passé comme je l'espérais, avec une toute petite faute sans conséquence juste avant ma sortie. Marjorie (Heuls, son entraîneur, ndlr) et Rune (Hermans) m'ont dit à ma descente du podium que j'avais fait le maximum, que je n'aurais rien pu faire de plus, surtout que j'avais battu mon record personnel. A partir de là, avec 15.033, je savais qu'une médaille était possible mais devoir attendre que toutes les autres filles passent après moi a été terrible! Cette médaille, c'est le couronnement d'une super année, pendant laquelle on a tellement travaillé. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La menace est bien moins grave que d’autres maladies ou d’autres risques. La grippe saisonnière contamine bien plus de Belges que le coronavirus.

    Coronavirus: la Belgique évalue et se tient prête

  2. Entre 2.000 et 3.000 bovins sont vendus chaque semaine à Ciney.

    Le plus grand marché aux bestiaux du pays menacé de fermeture

  3. ballen 1

    Art: à la Centrale électrique, dans la tête de Roger Ballen

La chronique
  • La chronique de Véronique Lamquin: à Bruxelles, le Canal n’est pas une frontière

    Sur la carte, c’est un liseré bleu pâle, strié d’une vingtaine de traits plus ou moins gros. C’est qu’il y a des ponts qui charrient des bandes de circulation en mode entonnoir déversoir, comme Van Praet, d’autres qui ne supportent que des voies, de métro ou de train. Vingt traits d’union entre les deux rives, c’est peu, sur quatorze kilomètres… Sur la carte mentale de beaucoup de Bruxellois(es) c’est une frontière que l’on franchit par contrainte plus que par choix. Du moins dans un sens. Le passage vers l’ouest ne va pas de soi, dicté par un travail, un dîner, un concert, et non par réflexe. A l’inverse, la traversée vers l’est s’impose parce que le centre, c’est magnétique et que le sud, ça fait envie. Dans les discours, c’est une faille, avec tous les sens qui s’expriment. Une discontinuité qui s’est installée entre deux morceaux d’une même surface ; le point faible du propos urbain ; la cassure entre deux villes qui ne sont qu’une, Bruxelles.

    Cette ligne qui coupe la Région en deux, c’est le Canal – 60.000 personnes et 6,2 millions de tonnes de marchandises par an....

    Lire la suite

  • Coronavirus: un exercice de haute voltige

    L’épidémie de coronavirus est aussi une épidémie de questions qui restent sans réponse. D’où vient exactement la maladie ? Les autorités chinoises ont-elles tardé à la combattre ? Qui est le patient zéro à l’origine de son extension à l’Italie ? Et, surtout, sommes-nous vraiment prêts à affronter ce virus ?

    Deux mots caractérisent cette problématique : précaution et psychose.

    Devant l’urgence, le principe de précaution s’est imposé. Il...

    Lire la suite