Thomas Vermaelen après Bosnie-Belgique: «Je suis prêt à jouer contre Chypre»

Thomas Vermaelen après Bosnie-Belgique: «Je suis prêt à jouer contre Chypre»
Photo News

La pelouse du stade Grbavica dans la capitale bosnienne de Sarajevo fut très abîmée après les fortes pluies de ces derniers jours.

« Nous avions déjà vu vendredi à l’entraînement que le terrain était mauvais ; nous savions donc plus ou moins ce qui nous attendait. Personnellement, je n’ai plus joué sur un si mauvais terrain depuis ma période chez les jeunes », a raconté Thomas Vermaelen après la victoire 3-4 en Bosnie-Herzegovine, où les Diables Rouges sont restés invaincus et en course pour le statut de tête de série pour le tirage de la Coupe du monde à Moscou.

Mardi, Chypre se rendra à Bruxelles pour la dernière journée des qualifications. Le sélectionneur Roberto Martinez a déjà laissé entendre qu’il n’avait pas l’intention d’aligner Vermaelen un deuxième match de suite. En effet, le défenseur du FC Barcelone a été longuement blessé et est en manque de rythme, lui qui n’a pas encore joué une seule minute en club cette saison. « Je me sens bien et je suis prêt à jouer contre Chypre. Je pense bien que je peux le faire, mais c’est le coach prend la décision finale. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Arnaud De Cremer

    Mobilité: rouler en voiture aux heures de pointe à Bruxelles coûtera (encore) plus cher

  2. Image=d-20160526-G7YUED_high

    Coronavirus: les médecins généralistes belges dénoncent un manque d’informations

  3. @AFP

    Ligue des champions: De Bruyne, le héros de Manchester City (vidéos)

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite