Grève du 10 octobre: la CGSP rejette la demande du ministre Bellot

© Belga
© Belga

Le ministre fédéral de la Mobilité, François Bellot, demande aux syndicats de maintenir toute l’offre entre Namur et Bruxelles mardi, à l’occasion de la grève qui touchera notamment les transports en commun, et ce en raison de la fermeture du viaduc Herrmann-Debroux.

Réponse de la CGSP dimanche, sur le plateau de RTL, dans « C’est pas tous les jours dimanche », via le secrétaire général de son aile wallonne, Patrick Lebrun : « L’appel à la grève, est clair et ne sera pas modifié. (…) Les transports en commun seront bloqués. » Autrement dit : c’est non à la demande du ministre fédéral libéral.

« Nous avons entendu l’appel du ministre Bellot par les médias ; nous n’avons pas reçu de message officiel. J’entends bien qu’il a un problème ponctuel lié à la fermeture du viaduc Herrmann-Debroux. Pour ma part, je demande au ministre de la Mobilité s’il est prêt à renoncer à son projet de service minimum », a réagi Pierre Lejeune, secrétaire national de la CGSP-Cheminots, contacté par Le Soir.

La CGSP-Cheminots est opposée à ce projet du ministre, estimant, comme nous le rappelle ce dimanche, Pierre Lejeune qu’il « ne répondra pas aux attentes des usagers. Le nombre de trains serait limité. Cela provoquerait une telle pagaille sur les quais que la sécurité des voyageurs et des cheminots serait compromise. »

« La fermeture du viaduc Herrmann-Debroux est la conséquence d’un manque d’investissements publics dans les infrastructures de mobilité. Les responsables politiques doivent prendre leur responsabilité ; et non essayer de la faire porter par les travailleurs du rail », ajoute Pierre Lejeune.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Borders
» au Public.

  2. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  3. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

La chronique
  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite