Angela Merkel prête à durcir sa politique migratoire

©EPA
©EPA

Angela Merkel et son parti conservateur (CDU) ont accepté dimanche des mesures pour limiter le nombre de réfugiés en Allemagne, dans le cadre d’un compromis avec leurs alliés bavarois de la CSU, ont indiqué des sources proches des négociations.

Cet accord de principe, obtenu après une journée de tractations à Berlin, vise à mettre fin à un conflit qui dure depuis deux ans entre les deux formations-soeurs et à permettre ainsi la constitution, avec d’autres partis, d’un nouveau gouvernement suite aux élections législatives de fin septembre.

Plafonnement chiffré

Point central de ce compromis : la chancelière et son Union chrétienne-démocrate acceptent pour la première fois une forme de plafonnement chiffré du nombre de demandeurs d’asile accepté dans le pays. Elle s’y était jusqu’ici toujours opposée.

A l’avenir, les deux partis veulent se donner pour objectif de limiter le nombre d’arrivée de demandeurs à 200.000 par an, selon l’accord trouvé à Berlin. Le projet de compromis ne porte que sur les demandeurs d’asile et non sur les migrants économiques.

En cas de crise humanitaire, comme en Syrie, le gouvernement se garde la possibilité d’envisager un accueil plus large dans un cadre européen. Mais la chancelière devra pour cela saisir la chambre des députés, selon le projet d’accord.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous