Arlon: le Venture lab aide les jeunes à créer leur PME

Michaël Monseux et G.Mbikanu Bosolo, 2 porteurs de projets. © J.-L. B.
Michaël Monseux et G.Mbikanu Bosolo, 2 porteurs de projets. © J.-L. B. - J.-L. B.

E tre proche des futurs jeunes entrepreneurs, telle est la volonté de l’université de Liège, à Liège, mais aussi dans son campus arlonais propice au développement d’activités économiques, commente Pascal Haubruge, vice-recteur de l’université. C’est important pour les étudiants, important pour l’université et pour l’économie de nos régions. Et cette dynamique existe aussi à Gembloux. »

Le « Venture Lab » est le premier incubateur pour étudiants et jeunes diplômés. Il vient d’officialiser sa présence en province de Luxembourg, avec un solide comité de coordination où l’on retrouve Idélux, l’ULg Interface entreprises-université, Investsud, la Chambre de commerce, l’Henallux, le tout dans une logique collaborative. En peu de temps, il est devenu un outil pour soutenir l’économie régionale et répondre aux enjeux de la société. « Nous constatons un monde qui bouge, un nouvel eldorado pour les entrepreneurs. Je vois des jeunes qui ont les mains sur le levier pour initier leurs projets. Mais plus on est formé, moins on entreprend. Le coût d’opportunité est élevé, il y a un fort calcul de risques, la pression des parents…, explique Bernard Surlemont, professeur en entrepreuneriat à l’Ecole de gestion de l’université de Liège. Mais il y a des envies, la population est porteuse et mieux on est formé, moins il y a de risque d’échec. En dix ans, j’ai vu un réel changement chez les jeunes qui sont motivés et veulent créer. Le “venture lab” apporte donc l’expérience concrète pour soutenir le projet des jeunes qui ont envie mais se posent beaucoup de questions avant de se lancer. »

Des coaches sont donc attachés bénévolement à ces porteurs de projets, pour leur apporter l’expérience, leur carnet d’adresses et leur donner confiance en soi. Depuis deux ans, ils accompagnent 171 projets menés par 274 étudiants et jeunes diplômés du pôle académique Liège-Luxembourg, dont seulement 24 % de filles. Douze brevets ont été déposés, 64 équivalents temps plein créés pour 41 entreprises et le taux de réussite est de 82 %.

« Il ne faut pas un plan d’affaires pour venir ici, commente Charles Piette, coach en Luxembourg. Il faut avoir une furieuse envie de créer, de bonnes idées et de la gnac. On n’exclut aucun projet a priori. Après un premier contact, on suit le dossier durant 3 mois. Puis le comité d’entrée valide ou non pour poursuivre. Comme coach personnel, je suis derrière en permanence pour répondre aux craintes et inquiétudes. Il faut écouter, discuter, sans décider à la place. On conseille pour mieux formuler ses choix. C’est un réel plaisir de partage. »

En Luxembourg, sept projets multiples sont en cours.

Infos : www.venturelab.be

Appli

Germe Mbikanu Bosolo

A 29 ans, cet étudiant en sciences de gestion, originaire de Tintigny, a créé sa start-up « Matondo », un concept pour ne plus perdre ses objets, pour voyager sans crainte de les perdre. Son idée lui est venue lors de la perte d’un livre dans un train. Pour le retrouver, il faut passer par tout un parcours administratif lourd et pas toujours fructueux. Matondo permet de mettre en relation celui qui perd et celui qui trouve, avec l’aide d’un smartphone et d’une géolocalisation dudit objet.

Un premier test-pilote grandeur nature va être fait tout prochainement avec Decathlon sur des skis.

Microbrasserie

Michaël Monseux

Bachelier en agronomie, cet Ardennais de 25 ans avait envie de créer sa micro-brasserie, à Longchamps. En se différenciant de ce qui existe, ce qui n’est pas simple et en rendant leur part aux agriculteurs de la région. Dans sa Brasserie de l’Attrait qui sera la 23e officielle en Luxembourg d’ici quelques semaines, il utilisera du houblon belge et du malt wallon, avec du miel et des épices de la région. Il a voulu également une brasserie à empreinte écologique « nulle ». Il a d’ores et déjà mis au point cinq bières dont une Blanche pamplemousse, une Blanche noisettes, une IPA produite en basse fermentation, très houblonnée.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le département dont Strasbourg est le chef-lieu concentre un nombre étonnamment élevé de «
fichés S
».

    Fusillade à Strasbourg: le Bas-Rhin, bastion des radicalisés

  2. Le plan prévoit de faire passer la part des énergies vertes dans la consommation énergétique finale de 8,65
% en 2016 à 18,4
% en 2030.

    Voici les contours du plan énergie-climat belge

  3. Selon le D
r
 Denis Dufrane, l’automatisation permet un traitement intégral en salle blanche et surtout de garantir une parfaite sécurité du produit final pour le patient.

    Première mondiale: une usine à produire de l’os

Chroniques
  • Visa pour la Flandre: il faut que vous le sachiez…

    Il faut que vous le sachiez : le déséquilibre Nord-Sud en Belgique ne concerne pas que la croissance économique ou les situations budgétaires, il touche aussi au volume d’informations. Alors que le Belge francophone est calé dans son fauteuil après les JT devant une série, un film ou un match de foot, un certain public flamand est, lui, en immersion dans un bain d’interviews longues, d’analyses de haute tenue en lien avec l’actualité du jour. Et pas que flamande : de tout ce qui se passe en Belgique, même francophone et dans le monde.

    De 20 à 21h, chaque jour de la semaine, la Flandre peut se nourrir de Terzake suivi de De Afspraak. Le premier  talk-show est animé par un couple d’intervieweuses redoutées car coriaces et très au fait de leurs dossiers. Annelies Beck et Kathleen Cools sont ainsi autant louées qu’insultées sur les médias sociaux par des obsédés de l’opinion. D’un à trois thèmes...

    Lire la suite