Accueil Culture Cinéma

Le cinéma, un journalisme sans fake news?

Après le dossier irakienKathryn Bigelow ouvre, avec « Detroit », celui de la question raciale américaine. Rencontre autour d’un film indispensable.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 5 min

D etroit constitue le fruit d’une troisième collaboration entre Kathryn Bigelow et le journaliste/scénariste/producteur Mark Boal. Vu le travail du bonhomme dont un papier paru à l’époque dans Playboy a donné naissance à The hurt locker , c’est aussi la troisième fois qu’elle opère une approche documentaire et journalistique de son sujet. Une approche qui a marqué : The hurt locker , toujours, lui a valu l’Oscar de la meilleure réalisatrice, faisant d’elle au passage la première femme à décrocher ce trophée. La seule à ce jour…

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cinéma

Ce film qui cartonne partout en France, sauf... à Paris

Snobés à Paris, encensés ailleurs: le troisième film des Bodin’s défie les lois du box-office avec un triomphe au cinéma quasiment partout, sauf dans la capitale. Une consécration logique pour un duo comique qui a tout bâti sur le «bon sens paysan».

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs